TEASING - Montréal, 2048.

Une foule anarchique et cosmopolite fourmille le long de la rue sainte Catherine. L’armada populaire est multicolore de peau tandis que les corps sont de chair, de métal, ou bien encore métis. Homme et androïde, chacun est différent mais tous sont identiques dans la masse, individus trop pressés, croisant l’autre sans même le regarder. C’est une tourbe de bras et de jambes. D’identités.
Certains sont riches. D’autres sont pauvres. Loin du manichéisme, ils manipulent, écrasent. Grondent, se révoltent. Se soumettent ou subissent. Ignorent et se contentent d’avancer. Ils vivent, se confrontent et se répondent car cette foule polymorphe, insaisissable, est l’essence même du mouvement.
C’est la danse des humanités.
De notre société.
[Flashback] A Gift for an Existence 50x50
Staff
Léandre Luissier - L'Archiviste
DC : Johann Keegan - Logan Duval
Fondateur & graphiste - Présent

Les figures de l'ombre
Nouveautés

▬ 06/18 :Lancement de Human Outside, pour les deux ans du forum ! C'est un grand remaniement qui n'attend plus que vous ♥
Prédéfinis

[Flashback] A Gift for an Existence
 :: Montréal :: Centre-ville culturel :: Vieux-Montréal

Mails : 107
Double-compte : //
Surnom : Eli'
Age du Montréalais : 33
Portrait robot :
$ : 2648
Elijah Roussel
Sam 27 Jan - 20:52

ft.  Brazil Argento

“Each decision you make holds meaning only by affecting your next decision.”

A Gift for an Existence


Montréal, 2046.
C'était l’anniversaire de la mort de Lucas. Le genre de journée qu’Elijah n’avait pas envie de se souvenir. Il s’était donc dirigé vers un bar dansant dont il avait connaissance dans le Vieux-Montréal. Une fois posé, il avait commencé son petit rituel d’une journée catégorisée trop stressante habituelle. Il fallait que ça s’arrête, se disait-il, cela n’arrangeait rien. Mais les souvenirs de Lucas, des derniers instants de Lucas refaisaient surface, surtout cette journée-là. Cela faisait combien de temps déjà ? Elijah avait passé les années sans se rendre compte, et quand il fixa son téléphone, cinq années de trop. Dehors Montréal se rappelait de l’incident au métro qui s’était passé. Elijah fuyait tout cela, il ne voulait pas se rappeler, ou faire un hommage aux morts, ou réfléchir.

Au bar, il y avait de la musique forte, de l’alcool qui anesthésiait, pas d’info ou des morts à la télé. Il était approximativement vingt heures et c’était le moment où tout le monde commençait à s’amasser dans l’établissement. L’ambiance était plutôt bonne quand Elijah prit son premier shot, assit au bar, toujours dans ses habits de travail. Il quitta sa veste tout de même, puisque la température du bar commençait à monter, défaisant au passage sa cravate noire simple, ouvrant même un bouton de sa chemise. Il prenait plaisir à regarder les inconnus danser sous la musique comme si rien d’autre n’existait. Elijah enviait leur légèreté d’esprit et leur insouciance. Il se sentait seul, même au sein de ce bar, et pour la première fois l’homme se demanda si danser ne lui ferait pas plus de bien que l’alcool.  

Fixant ses nouveaux shots de tequila que le serveur lui avait posé, Elijah les prit patiemment un à un pour les engloutir. C’était une habitude, à chaque fois que quelque chose devenait trop compliqué à supporter il se réfugiait auprès des verres. C’était une forme de recherche de maîtrise quelque part, il s’infligeait cet état plutôt que d’en subir un autre. Mais il avait aussi quelque part envie de danser. La nouvelle musique qui s’était mise à jouer lui plaisait, et bien qu’il fût loin d’être un danseur exceptionnel, son cœur semblait battre au même rythme que les battements de la musique. N’ayant pas mis son binder ce jour-là, Elijah comptait sur la lumière tamisée de l’endroit et l’intoxication générale de la population pour cacher son torse.

Et au pire, il serait peut-être bientôt trop intoxiqué lui-même pour en avoir quoi que ce soit à faire. Finissant donc son dernier shot, il s’infiltra près de la masse dansante pour s’y infiltrer et prendre le rythme avec les autres. C’était comme faire partie d’un tout, et la musique aux fortes baisses donnait envie de sauter le poing lever, assez haut pour s’échapper de cette planète et de cette existence absolument médiocre. Mais il n’avait pas le droit de se plaindre, après tout, il était vivant, travaillait, avait l’argent pour se payer une prothèse de bras à sa taille pour ne pas paraître trop handicapé et continuer son job. Beaucoup tueraient pour avoir cette place-là, et malgré tout il se sentait misérable, coupable.

Après quelques temps, bien en sueur à cause de la chaleur ambiante des autres humains, le corps vidé d’énergie et l’esprit alcoolisé, Elijah revint au bar, manquant de renverser le plateau d’un serveur en lui rentrant légèrement dedans. Il se rassit de façon beaucoup trop calculée, comme il faisait toujours quand son état se dégradait, et passa une main dans ses cheveux. Cela lui avait du bien, peut-être même assez pour ne pas continuer de se soûler toute la nuit. Le serveur lui servit un nouveau shot, sans doute l’habitude, puisqu’il était un habitué, mais il n’en voulait pas.  

Hm plutôt un grand verre d’eau s’il vous plaît.

Le serveur arqua un sourcil un peu surpris, et Elijah fit glisser le verre vers son voisin de tabouret. Lui voudrait certainement un peu d’alcool gratos. Il lui sourit un peu de façon fatiguée, une mèche de cheveux lui collant sur le front. Il se mit à parler un peu fort à cause du son de la musique courant toujours derrière eux.

Cadeau.

D’un coup il se sentait un peu moins seul. Son verre d’eau lui fit servi et Elijah remercia le serveur avant de l’engloutir sans sommation. Sa tête était vide, son corps un peu trop humide à son goût, mais presque détendu. Lui qui se sentait toujours stressé, c’était vraiment très agréable comme sensation.



[Flashback] A Gift for an Existence Eli_de10
Merci !:
 
Voir le profil de l'utilisateur
Mails : 71
Double-compte : Chayton M. Wolfe
Surnom : Dem
Emploi/loisirs : Ambulancier, secouriste, bénévole ...
Portrait robot : – 29 ans, écossais et pas tout à fait bilingue, Demetri parle encore le français avec un fort accent. Longtemps secouriste sans frontière, il a beaucoup voyagé avant de se poser en tant qu'ambulancier à Montréal avec sa chienne, Horchata.

– Yeux bleus/gris, longs cheveux bouclés noirs et un mélange de taches de rousseur ou de peinture sur le visage, il possède une chaleur généralement communicative. Peindre est un de ses passe-temps favoris, il a longtemps rêvé de percer dans le milieu artistique et de vivre de ses toiles avant d'abandonner…

– Supporte très mal la solitude.
$ : 2308
Demetri McLagan
Sam 15 Déc - 20:55
A gift for an existenceIl était tard, le ciel s’était depuis longtemps paré d’étoiles. Elles luisaient doucement au dessus de son crâne, mais Demetri ne pouvait s’empêcher de comparer leur éclat à celles qu’il avait pu observer au Pérou : ici, aveuglées par les lueurs de la ville, elles lui paraissaient bien fades, artificielles.

Décrochant son regard d’elles, il sortit son téléphone de sa poche pour en aviser l’heure. La nuit était encore jeune, maintenant qu’il n’avait pour obligation que de profiter de ses vacances. Et de s’imbiber d’alcool jusqu’à en collapser, accessoirement. Mais après des semaines passées à rechercher des disparus dans le dunes de Pisco, il estimait avoir le droit de se la couler douce quelques heures, quitte à regretter lorsqu’il cracherait ses tripes dans le caniveau.

Un petit croissant ourlant ses lèvres, il se promena un instant dans les venelles du vieux Montréal à la recherche d’un bar intéressant. Les quelques flocons qui atterrissaient parmi ses boucles noires lui faisaient étrangement chaud au coeur, lui qui n’avait longtemps côtoyé que du sable et du soleil. Il devait se retenir de prendre des photos de la ville enneigée tant cela lui avait manqué, mais se promit de le faire lorsqu’il prendrait une journée pour aller dévaler les pistes de ski.

Lorsqu’il choisit finalement un bar et y pénétra, l’ambiance chaude et bruyante du lieu termina de le mettre d’humeur festive. Il balaya les étoiles et les splendides flocons ciselés et les remplaça par des shots alcoolisés et des sourires balancés à droite à gauche. Il se retrouva incapable de ne pas partir se mêler aux corps se déchainant sur la piste de danse, une fois dévêtu de sa veste et de son écharpe, et se sentit aussitôt devenir fébrile. Son coeur paraissait s’accorder aux basses de la musique et rythmer chacun de ses mouvements, faisant bouillir ses veines d’une fièvre tout à fait décomplexée. Et ça aussi, ça lui avait manqué.

Demetri dut néanmoins se défaire de ses compagnons de danse pour aller boire un peu, les lèvres sèches rendues sèches et quelques mèches lui collant aux tempes. S’approchant du bar, il fut ravi de découvrir un tabouret libre et s’y installa tout sourire. Ses lèvres s’ouvraient à peine pour passer commande qu’un verre se glissa presque instantanément sous son nez.

Ses oreilles perçurent vaguement un mot, « cadeau », et son cerveau mit du temps à comprendre que quelqu’un lui adressait la parole. Avec un sourire en coin, il tourna la tête vers la personne assise à sa droite et lui répondit par pur réflexe en anglais. Son français était de toute manière bien trop rudimentaire pour qu’il ose dire davantage qu’un merci...

« Oh merci beaucoup ! » Demetri commença, avant de lorgner étrangement le verre d’eau que buvait son vis-à-vis : « Tu ne trinques pas avec moi ? C’est dommage de rester à l’eau… »

Sans vraiment de pudeur, il laissa ses prunelles glisser le long de la peau de son bienfaiteur. Lorsqu’ils couraient au dessus de leurs têtes, les néons paraient quelques instants sa crinière claire de reflets surnaturels, mais ne dissimulaient en rien la fatigue transparaissant dans le bleu pâle de ses yeux. Il portait une chemise et une cravate, alors il en fit la déduction qu'il devait prendre du bon temps après une dure journée de travail. Et il avait raison ! La fatigue n'ôtait toutefois en rien la beauté de ses traits.

« Si tu n’as personne pour boire avec toi, ça tombe bien parce que moi non plus ! »

La soirée s’annonçait bien. Il n'était pas arrivé depuis une heure qu’on lui offrait déjà une consommation sans même qu’il n’ouvre la bouche !

« Comment tu t’appelles ? Moi c’est Demetri ! »

Toujours ouvert aux nouvelles rencontres et d'un naturel amical, il se présenta sans attendre avant de boire son verre cul-sec. L’alcool ne lui était toutefois pas suffisamment monté à la tête pour qu’il ne se rende pas compte de son erreur. Montréal avait beau être une ville relativement bilingue, il répondait à quelqu’un l’ayant abordé en français… Sa moue malicieuse se para d’une grimace alors qu’il s’excusa, pris en faute comme un enfant : « … Oh uh… navré, parler anglais est un réflexe… »

©️ 2981 12289 0
Mails : 107
Double-compte : //
Surnom : Eli'
Age du Montréalais : 33
Portrait robot :
$ : 2648
Elijah Roussel
Sam 22 Déc - 22:21

ft.  Brazil Argento

“Each decision you make holds meaning only by affecting your next decision.”

A Gift for an Existence


Elijah reconnu directement sa langue natale et cela lui fit décrocher un petit sourire. Quand bien-même son enfance au Sud n’avait pas été des meilleures, il y avait quelque chose de traditionnelle attachée à sa langue natale. Un peu comme si un petit bout de son chez lui avait subsisté dans les mots que prononçaient l’inconnu. Cela ne changeait ni la date de ce jour-là, ni ne le rendait réellement heureux, mais c’était quelque chose qui lui changeait les idées. C’est donc tout naturellement qu’il répondit dans la même langue que son interlocuteur.

I’m afraid I’ve already drank too much.

Mais oui, dans un bar comme celui-ci, cela semblait bizarre de n’avoir qu’un verre d’eau, surtout dans une ambiance aussi électrique.

Maybe later?

Fit-il simplement, avant de lever son verre un peu haut, puis l’engloutissant directement. Il signala au barman qu’il lui en fallait un autre. La danse lui avait donné beaucoup trop soif. Il savait comment jouer ce genre de jeu avec les inconnus, et surtout que celui-ci ne semblait pas désintéressé. Il semblait l’inviter. Elijah s’approcha un peu plus, prenant le tabouret juste à côté de son interlocuteur, qui lui permettait de se faire mieux comprendre dans le bruit environnant. Il s’excusa de parler en anglais, ce qui décrocha un rire sincère de la part de l’homme, se défaisant de tout habit de gêne et d’inhibition dans cet état d’ébriété.

Sa façon de s’excuser platement comme s’il avait été pris en train de faire une grossière erreur était mignonne, en tout cas, c’est le mot qui venait directement l’esprit d’Elijah. Ainsi, il répondit en le regardant dans les yeux, quelques peu plus illuminés par la rencontre.

Oh don’t worry, it’s my native language too. I’m Elijah, come here often? I think I'd remember someone like you though.

Le nouveau verre d’eau apparut comme par magie devant l’homme, qui le bu de façon moins rapide. L’alcool l’avait déshydraté pas mal, et d’une façon générale, même si ce n’était pas très rationnel, il avait l’impression de diluer les effets et la future gueule de bois du lendemain. Elijah se demandait quel aurait été la réaction de Lucas face à la rencontre. Il n’avait jamais été du genre jaloux dans leur relation, sans doute qu’il en aurait joué et se serait légèrement moqué de lui.

Lucas lui manquait encore terriblement, chaque jour, chaque seconde. C’était se mentir de se dire qu’un petit coup d’alcool, une rencontre ou une danse pouvait tout faire oublier. Rien ne le pourrait jamais, puisqu’il y avait eu un jour où il existait, et puis celui d’après plus du tout. Elijah n’avait jamais cru en dieu, ou quoi que ce soit réellement, il se souvenait encore distinctement de son cadavre allongé tâché de sang sur le sol, et il savait que ce serait la dernière chose significative de son existence. Oh et puis zut. Il signifia au barman trois shots de tequila en plus.

You know what? You only live once, as we used to say back in time!

Elijah se força à sourire un peu plus. Quel naïf avait-il pensé être pour qu’une danse puisse régler le moindre de ses soucis. Rien ne réglerait plus jamais rien depuis la sortie de Lucas du monde.



[Flashback] A Gift for an Existence Eli_de10
Merci !:
 
Voir le profil de l'utilisateur
Mails : 71
Double-compte : Chayton M. Wolfe
Surnom : Dem
Emploi/loisirs : Ambulancier, secouriste, bénévole ...
Portrait robot : – 29 ans, écossais et pas tout à fait bilingue, Demetri parle encore le français avec un fort accent. Longtemps secouriste sans frontière, il a beaucoup voyagé avant de se poser en tant qu'ambulancier à Montréal avec sa chienne, Horchata.

– Yeux bleus/gris, longs cheveux bouclés noirs et un mélange de taches de rousseur ou de peinture sur le visage, il possède une chaleur généralement communicative. Peindre est un de ses passe-temps favoris, il a longtemps rêvé de percer dans le milieu artistique et de vivre de ses toiles avant d'abandonner…

– Supporte très mal la solitude.
$ : 2308
Demetri McLagan
Lun 24 Déc - 14:21
A gift for an existenceElijah. Il nota son prénom dans un coin de sa tête, bien qu’il ne soit pas certain de s’en rappeler le lendemain. Sa tête était tellement légère qu’il doutait même pouvoir retenir quoi que ce soit, mais il ne le reverrait sans doute jamais à nouveau : Demetri ne vivait pas à Montréal, n’y était que de passage pour quelques jours, et il ne voyait pas en lui autre chose qu’un pote de beuverie. Peut-être un guide touristique, avec un peu de chance.

Apprenant que l’anglais était également sa langue maternelle, il ne cessa pas de l’utiliser pour lui répondre, bien trop heureux de ne pas avoir à sortir son français de cuisine particulièrement bancal.

« No, I don’t live here. Actually, I’m in Montreal for the holidays. » Il n’en dit pas plus, sa situation étant pour le moins compliquée. Ses récits de voyage n’intéressaient pas tout le monde, il n’était qui plus est peut-être pas le moment de les partager. L’heure était à la boisson et à la danse, aux discussions légères et emplies de sourires en coin, comme celui qu’il lui servait avec malice.

« Someone like me ? »

Demetri lorgna son verre d’eau avec amusement, respectant toutefois sa décision de ne pas boire. Il avait beau aimer entraîner ses amis dans des jeux de boisson pour avoir le plaisir de les voir rouler sous la table, il ne connaissait pas suffisamment Elijah pour se permettre de lui faire la moindre remarque. « You… » Les mots moururent dans sa gorge lorsqu’il le vit commander trois shots et, l’amusement primant sur tout le reste, il hocha la tête en faisant de même histoire de pouvoir trinquer et le suivre dans son vice. Le barman déposa rapidement trois shots de tequila devant lui, parfaitement alignés les uns à côté des autres. Il en attrapa un et croisa le regard de son vis-à-vis : « I like this philosophy. Cheers ! » Levant son verre, il l’avala cul sec avant de le faire claquer sur le bar, les yeux brillant.

« And you come here often ? You’re relaxing after work ? »

La question était franche et innocente, totalement irréfléchie puisqu’il ne cherchait qu’à continuer la discussion et meubler un quelconque silence. Il se rendit vite compte de son indiscrétion et continua sans lui laisser le temps d’ajouter quoi que ce soit : « …but maybe you don’t want to talk about that… I’m sorry if I’m being such a babbler. »

Peut-être était-ce l’alcool qui lui déliait trop la langue. Ou juste son intérêt et sa curiosité à propos d’Elijah. Préférant se taire au risque de s’enfoncer tout seul, il avala un nouveau shot, appréciant la brûlure de l’alcool qui sembla lui remettre les idées en place le temps d’un instant. Se tournant vers lui, Demetri pouvait discerner quelques gouttes de sueur perler à son front lorsque la lumière les faisait briller. Tous deux semblaient être venus s’asseoir pour se reposer un peu, peut-être retourneraient-ils danser plus tard, mais discuter un peu lui convenait pour le moment.

« What about we finish our drinks and then go dancing ? Or maybe you prefer to stay here and chat ? I’m ok with both. … And I owe you a shot ! »

HRP:
 

©️ 2981 12289 0
Mails : 107
Double-compte : //
Surnom : Eli'
Age du Montréalais : 33
Portrait robot :
$ : 2648
Elijah Roussel
Sam 29 Déc - 0:22

ft.  Brazil Argento

“Each decision you make holds meaning only by affecting your next decision.”

A Gift for an Existence


C’était donc simplement un gars de passage. Elijah s’en était douté, puisqu’il venait plutôt régulièrement au bar mais qu’il n’y avait jamais croisé Demetri avant. Sans doute un voyage, pour le travail ou autre, l’homme préféra ne pas en demander plus pour le moment. Ils semblaient avoir tous les deux besoins de se vider la tête, et Elijah dans cet état, se ferait un plaisir de lui donner du bon temps, à défaut d’avoir l’impression de pouvoir accéder à quoi que ce soit qui ressemble à du bonheur de son côté. Les trois shots de tequila devant les yeux, Demetri en avait commandé la même quantité, et il attendit patiemment avant de lever son verre en l’air. Comme son interlocuteur, Elijah avala l’alcool d’une traite, secouant un peu la tête alors que le liquide continuait de lui brûler la gorge.

Tout ce que l’homme aimait dans l’alcool était dû à ses effets dévastateurs sur le long terme. Il le savait pourtant, mais après quelques verres, il n’en avait plus rien à faire. Elijah ne se sentait pas alcoolique, tout comme il ne se sentait pas femme. Au bout de la journée, c’était son foie qui se dégradait, et son appareil génital interne qui dépérissait lentement. Tant mieux. Se prit-il à penser. Lucas l’aurait très certainement grondé, et il avait l’habitude de venir le chercher au bar en le tirant par l’oreille pour l’empêcher de se noyer un peu plus. A présent, Elijah ne savait toujours pas nager, et il avait tout le reste de sa vie, pour se noyer, lui et l’image du corps en sang sans vie de sa moitié de cœur.

La question de Demetri le retira de ses pensées. Elijah cligna des yeux quelques fois avant de se reconcentrer sur le moment présent, la musique l’ancrant un peu plus dans la réalité, plutôt que dans sa tête pourtant déjà plus très pleine. Sa voix se fit un peu trop forte, mais le bruit général l'empêchait de pouvoir juger correctement la puissance à adopter.

Yes, I’m an engineer! I build androids, or well, I especially design them. It’s okay really, I love my work.

Il marqua une pause, finissant son second shot.

It takes a lot of time and planning, but I really like getting those androids up for Christmas and see the happy families buying them.

Et c’était vrai. Il avait un jour espéré être une de ces familles. A présent, il savait que ce ne serait pas le cas. En tout cas, Elijah en avait abandonné l’idée. Ça et puis, le feu de cheminée et l’odeur de pin. Revenir au présent. Elijah planta ses yeux dans ceux de Demetri avant de sourire.

You know it’s okay, I like a good blabber, I'm a listener. What do you do for a living?

Le gars lui proposait d’aller danser à nouveau et l’ingénieur rit un peu.

I honestly don’t know if I can stand straight correctly right now…

En tout cas, il n’avait aucune confiance dans le fait de pouvoir faire des mouvements coordonnés corrects. Il continua sur une petite blague.

Oh well, I was never a good straight anyway. Chatting is perfect, and you can give me that shot, I’m the best drinker in that city I can tell you!



[Flashback] A Gift for an Existence Eli_de10
Merci !:
 
Voir le profil de l'utilisateur
Mails : 71
Double-compte : Chayton M. Wolfe
Surnom : Dem
Emploi/loisirs : Ambulancier, secouriste, bénévole ...
Portrait robot : – 29 ans, écossais et pas tout à fait bilingue, Demetri parle encore le français avec un fort accent. Longtemps secouriste sans frontière, il a beaucoup voyagé avant de se poser en tant qu'ambulancier à Montréal avec sa chienne, Horchata.

– Yeux bleus/gris, longs cheveux bouclés noirs et un mélange de taches de rousseur ou de peinture sur le visage, il possède une chaleur généralement communicative. Peindre est un de ses passe-temps favoris, il a longtemps rêvé de percer dans le milieu artistique et de vivre de ses toiles avant d'abandonner…

– Supporte très mal la solitude.
$ : 2308
Demetri McLagan
Mar 1 Jan - 18:10
A gift for an existenceDemetri ne savait pas que penser des androïdes ; il n’avait jamais côtoyé ceux destinés à une vie purement ménagère, qui s’occupaient des enfants, d’un foyer ou juste de tenir compagnie à quelqu’un. Lui connaissait uniquement ceux qui servaient de machines de guerre ou d’aides soignant, lorsque les moyens des secouristes sans frontière étaient suffisants pour en demander les renforts. Bien sûr, il savait que les androïdes n’étaient pas uniquement utilisés à de mauvaises fins, la preuve se tenait même devant lui, mais il n’en savait assurément pas assez pour se sentir tout à fait confiant.

« Oh, it’s impressive. I don’t know much about androids but you must be very smart to do so. Do you have an android at home too? »

Mais il était curieux et désireux d’en apprendre plus, bien que la soirée ne se prête pas réellement à des questions aussi sérieuses. Lorgnant son vis-à-vis avec intérêt, un petit sourire moqueur étira ses lèvres en apprenant qu’il n’était pas certain de tenir debout et il se fit plus large encore à sa petite boutade. Elijah était décidément une compagnie amusante et intéressante.

« Yeah ? I can hold my drink pretty well too, be aware I don’t take you this title !»

Jetant un coup d’oeil au barman, il lui commanda un nouveau shot qu’il poussa vers Elijah avant de lever son troisième verre pour trinquer. L’alcool commençait doucement à lui monter à la tête, mais il se sentait incroyablement bien. Loin de ses engagements professionnels, dans un pays à des kilomètres du sien, il se sentait libre de faire tout ce qu’il souhaitait.

« And to answer your question, I am an humanitarian aid-worker. I’m back from a mission in South America, it’s the reason I chose to stay in the USA for my weeks off. »

Avec un petit rire, il ajouta dans un clin d’oeil : « I don’t mind if you’re not a "good straight", I can’t judge you for that. ». Ses verres vides devant lui, Demetri posa son coude sur le bar et appuya son menton au creux de sa main, son regard tourné vers Elijah. « Since you cannot dance, tell me more about yourself. Why engineering ? Are you here alone ? »

©️ 2981 12289 0
Mails : 107
Double-compte : //
Surnom : Eli'
Age du Montréalais : 33
Portrait robot :
$ : 2648
Elijah Roussel
Dim 6 Jan - 13:07

ft.  Brazil Argento

“Each decision you make holds meaning only by affecting your next decision.”

A Gift for an Existence

Son interlocuteur le trouvait intelligent. Cela avait le don de gêner un peu Elijah sur le moment, mais ce n’était pas la première fois qu’on lui donnait cette qualité. Dès que qui que ce soit parlait d’androïdes, les yeux des gens s’illuminaient d’un coup, pour de bonnes et de mauvaises raisons, avant d’argumenter le fait que les personnes travaillant dans ce milieu devaient être très intelligent. L’homme ne se croyait pas spécialement intelligent, il se croyait dans la moyenne, la moyenne absolue, moyen en tout. C’étaient les hommes comme Lucas qui étaient particulièrement doués dans un certain domaine qui étaient réellement les plus intelligents. Dans tous les cas, la question à la suite de Demetri décrocha un nouveau petit sourire à Elijah.

Yes, I have one! I tend to forget to eat and stuff like this. Katia… That’s her name, helps me regulate all of that. She used to be lost and broken in the street, not so far from here, I fixed her up, she’s all good and nice now. It’s an old version but I changed most of her parts.

Un peu comme une mère de substitution mais c’était un peu étrange de se dire qu’Elijah vivait techniquement toujours avec sa mère. Et pas très vendeur. En tout cas, Demetri semblait totalement okay avec le fait de boire un peu plus, et commanda d’ailleurs quelques shots de plus, avant de lui en passer un nouveau. Elijah le récupéra pour trinquer, avant de l’engloutir, comme le reste. Le cadavre des petits shots qu’il alignait avec soin trônait sur la surface du bar, comme autant d’erreur que Katia lui ferait remarquer pour sa santé. Enfin, Elijah retournait à sa discussion, écoutant son interlocuteur sur ce qu’il faisait dans la vie de tous les jours, c’était quelqu’un qui avait l’air très bien. Partir de l’autre côté du continent pour aider des gens, un geste louable. Elijah avait bien trop de problèmes à régler pour faire cela. Il ne fit qu’hocher la tête, peut-être qu’il n’avait pas forcément envie de parler du travail.

Après cela, Demetri semblait plus qu’intéressé pour parler d’Elijah et sur sa vie. Il ne s’embêtait pas trop à réfléchir sur ses prochains mots, se sentant assez à l’aise, peut-être trop.

I’ve always been interested in machines, helping people with their problems, androids are a good way to make people’s life easier.

Il prit quelques secondes de silence avant de continuer pour la deuxième question, qui devint beaucoup trop sombre à son goût, mais l’alcool rendait le tout difficile à arrêter, et au final, Elijah s’en fichait un peu.

Yeah… I am alone. It’s the fifth anniversary of the loss of my boy… ex-boyfriend, I guess. I come to drink here each year, we used to like that bar, he died in the terrorist attack in the subway and all…

Sa gorge se serra et l’alcool ne put empêcher un souvenir de remonter, et pas le meilleur. Le corps de Lucas étalé sur le sol, ensanglanté, et Elijah beaucoup trop perdu avec une commotion, incapable de comprendre. L’homme baissa les yeux vers son shot vide. Sa voix se fit plus tenue, peut-être que Demetri n’eut pas l’occasion d’entendre la fin de sa phrase.

His name was Lucas. He was a great painter, like… Gifted kid and all that you know. Shame he died.

C’était un euphémisme, mais les larmes ne venaient pas. Les larmes ne venaient jamais. Elijah fit signe au barman pour récupérer quelques shots de plus, avant de fixer Demetri, forçant un sourire.

It’s the past though, I’m in great company right now so I’m not gonna complain.



[Flashback] A Gift for an Existence Eli_de10
Merci !:
 
Voir le profil de l'utilisateur
Mails : 71
Double-compte : Chayton M. Wolfe
Surnom : Dem
Emploi/loisirs : Ambulancier, secouriste, bénévole ...
Portrait robot : – 29 ans, écossais et pas tout à fait bilingue, Demetri parle encore le français avec un fort accent. Longtemps secouriste sans frontière, il a beaucoup voyagé avant de se poser en tant qu'ambulancier à Montréal avec sa chienne, Horchata.

– Yeux bleus/gris, longs cheveux bouclés noirs et un mélange de taches de rousseur ou de peinture sur le visage, il possède une chaleur généralement communicative. Peindre est un de ses passe-temps favoris, il a longtemps rêvé de percer dans le milieu artistique et de vivre de ses toiles avant d'abandonner…

– Supporte très mal la solitude.
$ : 2308
Demetri McLagan
Mer 9 Jan - 21:56
A gift for an existenceDans ses yeux transparaissaient de sombres démons ; alors qu'Elijah parlait, un mélange d'amertume et de tristesse baignait ses pupilles et semblait les noircir. Il n'eut pas l'occasion d'en voir plus puisqu'il tourna la tête vers son verre vide, lâchant faiblement le prénom d'un être cher à son coeur qui, si Demetri n'avait pas tendu l'oreille, se serait noyé dans l'agitation fiévreuse du bar.

Aussitôt, la culpabilité le faucha. Il se sentait mal d'avoir touché un sujet aussi sensible mais fut quelque peu soulagé de ne pas avoir à essuyer ses larmes : là, il se serait vraiment senti horrible. Automatiquement, Demetri chercha à le réconforter, bien que derrière un bar ne soit pas le meilleur endroit pour ça. « Oh shit… I'm sorry, I didn't…  » il commença avant de pincer les lèvres, se sentant bien trop maladroit à son goût. Soupirant abruptement, il se tourna toutefois vers Elijah et déposa une main douce et délicate sur son épaule.

« Maybe it’s in the past, but you don’t have to "not complain"! … I’ve heard about the terrorist attack, yeah… »

Il n'aurait jamais pensé parler de sujets aussi sanglants et terribles, mais le sérieux de la discussion lui refroidit aussitôt les esprits. « I hope that you’ll at least give me one of those shots » Demetri lui sourit avec gentillesse, bien qu'il ne lui en laissait pas tellement le choix. Boire pour s'amuser était une chose, mais boire pour oublier n'était pas une chose qu'il cautionnait. Il comprenait. Putain, peut-être ferait-il même pire à sa place, mais il tenait à amoindrir les dégâts… Était-ce mal venu de sa part ? Il n'en savait foutrement rien.

« Lucas… »

Ce nom ravivait des souvenirs. Lui-même connaissait un peintre dénommé Lucas, qu'il avait rencontré durant un de ses séjours à l'étranger de nombreuses années auparavant. Il avait ouvert une petite exposition où il présentait ses oeuvres et Demetri avait été très impressionné par ce que dégageaient ses toiles. Ils avaient fini par discuter, allant même jusqu'à échanger leurs numéros pour parler d'art et se revoir. Leur amitié avait duré quelques années avant de s'effacer lentement à cause de la distance et de leur emploi du temps … mais il arrivait qu'ils s'envoient des messages d'encouragement de temps à autre. … Cela faisait d'ailleurs longtemps qu'il n'en avait plus reçu.

Pris d'un effroyable doute, Demetri préféra s'assurer que ces deux Lucas ne soient pas une seule et même personne. La probabilité était faible, beaucoup de personnes portaient ce prénom après tout !

« Tell me... do you know if Lucas had a pop art exhibition? » Retirant sa main, il vola un des shots d'Elijah dans une tentative – sûrement vaine – de le faire moins boire, et avoua : « …If that’s the case, I think I knew him. A long time ago.. »

©️ 2981 12289 0
Mails : 107
Double-compte : //
Surnom : Eli'
Age du Montréalais : 33
Portrait robot :
$ : 2648
Elijah Roussel
Sam 19 Jan - 16:51

ft.  Brazil Argento

“Each decision you make holds meaning only by affecting your next decision.”

A Gift for an Existence

La réaction d’autrui face à ce genre de chose était parfois pire que l’idée même. C’était de voir leurs yeux s’éteindre et se remplir de culpabilité. Elijah n’aimait pas apporter de mauvaises nouvelles, et en général il était assez clair dans ses idées pour ne pas évoquer ce genre de sujet. Mais la boisson n’aide pas pour avoir les idées claires, et il avait oublié le genre de sentiments que cela pouvait évoquer chez autrui.

Don’t worry…

Dit-il doucement, fixant son nouveau verre pour le boire. Une main se posa sur son épaule, et Elijah fut traversée de la pensée qu’il était certainement un peu suant à cause de la danse de toute à l’heure. Il ne dit rien cependant, gardant les yeux rivés sur le verre maintenant vide. Il se sentait exactement comme cela, un verre bu laissé comme un cadavre sur le rebord d’un bar.

Demetri aussi avait entendu parler de l’attaque terroriste, mais ce n’était pas surprenant. Cela avait fait le tour du monde, ils en avaient parlé de tous les côtés, partout, pendant des semaines. Une période vraiment horrible, où Elijah venait tout juste sortir de l’hôpital. Chaque commentaire à propos de l’attaque le mettait alors dans des crises d’angoisse folles, et c’était à peu près à ce moment-là que la boisson était venue le sauver. Pour qu’il soit fonctionnel, pour qu’il n’ait plus peur de sortir dans la rue ou dans le métro. Des frayeurs restaient bien évidemment, et il y avait certains encore difficile à voir. Mais c’était du passé, parce que la scène gravée dans sa mémoire était intemporelle et semblait venir d’un autre univers à présent. Quand Demetri lui demanda un autre shot, Elijah releva les yeux et lui en glissa un, un faux sourire sur ses lèvres

Maybe.

Avant d’en engloutir un autre. Il y eut un léger silence avant que son gentil interlocuteur lui reparle de Lucas. Une exposition pop art ?

Yeah it was his th…

Elijah se fit voler un shot, et il fut surpris un petit instant avant de comprendre d’où en venait Demetri. Ils s’étaient connus aussi ? L’homme fronça les sourcils un peu, espérant que ce soit une sorte de blague, mais il n’en semblait rien.

You knew him too uh… I’m sorry to give you such news, like that.

Il se frotta le front gêné. Le pire n’était donc pas de dire que quelqu’un dans son entourage était mort, c’était surtout d’apprendre que cette personne avait été connue par l’autre. Il se mordit les lèvres, il voulait en savoir plus.

How did you know each other? Were you close?

Lucas ne parlait que très peu de lui en général, son tempérament secret avait toujours fasciné l’ingénieur, qui aimait comprendre les androïdes, mais aussi finalement, les hommes. C’était peut-être dans une tentative désespérer de se remémorer son souvenir, et de le ressusciter à travers les gens, qu’il désirait extirper ce que Demetri savait de lui. Peut-être avait-il connu un homme différent, d’un temps différent, mais Lucas avait toujours eu cette personnalité flamboyante et extravertie. Elijah l’avait beaucoup admiré pour cela, et pour beaucoup d’autres choses. Et dire qu’il n’était même plus certain de se rappeler du ton de sa voix, tout disparaissait dans les tréfonds de son esprits, les cadavres du métro de ce jour-là et des shots.



[Flashback] A Gift for an Existence Eli_de10
Merci !:
 
Voir le profil de l'utilisateur
Mails : 71
Double-compte : Chayton M. Wolfe
Surnom : Dem
Emploi/loisirs : Ambulancier, secouriste, bénévole ...
Portrait robot : – 29 ans, écossais et pas tout à fait bilingue, Demetri parle encore le français avec un fort accent. Longtemps secouriste sans frontière, il a beaucoup voyagé avant de se poser en tant qu'ambulancier à Montréal avec sa chienne, Horchata.

– Yeux bleus/gris, longs cheveux bouclés noirs et un mélange de taches de rousseur ou de peinture sur le visage, il possède une chaleur généralement communicative. Peindre est un de ses passe-temps favoris, il a longtemps rêvé de percer dans le milieu artistique et de vivre de ses toiles avant d'abandonner…

– Supporte très mal la solitude.
$ : 2308
Demetri McLagan
Dim 20 Jan - 13:53
A gift for an existenceC'était une sensation très étrange. Une sorte de vide terrible qui lui nouait les tripes et lui serrait la gorge, sans qu'il n'en comprenne vraiment le sens. Oscillant entre tristesse et ahurissement, son esprit ne savait que lui répondre : les mots s'embrouillaient dans son crâne à tel point qu'il se retrouva un instant comme un con, à fouiller dans le regard d'Elijah pour y voir une quelconque lueur malicieuse. Mais rien, rien de plus qu'un sérieux mortel. Il soupira.

« Don't apologize, it's better to know. » Ça lui faisait étrange de savoir qu'une personne qu'il avait appris à apprécier et avec lequel il avait papoté de nombreuses années, sans toujours beaucoup de constance, était décédé sans qu'il ne l'apprenne avant. Ou qu'il ne s'en doute. Bien sûr, l'idée avait parfois affleuré son esprit, mais il l'avait bien vite éloigné en se disant que Lucas était tout simplement débordé, comme il avait l'habitude de l'être. « Yeah, I can tell you a wee bit. » Avalant d'une traite le shot qu'il lui avait subtilisé, Demetri prit le temps d'arranger ses pensées avant de répondre à sa question, se remémorant des bribes de souvenirs.

« I was in holidays, like tomorrow. An art exhibition attracted my attention and, when I was visiting it, I met Lucas. I knew he was the painter himself because I heard a conversation he had with the manager of the place. » Prenant un instant pour réfléchir, Demetri lui offrit un petit sourire avant de continuer. « I approached him to compliment his work and we began to chew the fat. Lucas was a nice lad… very interesting and interested in people too. It was nice to debate on art with him. »

Les souvenirs affluaient petit à petit sans que Demetri ne parvienne à se souvenir précisément de son visage. Tout ce dont il se souvenait à propos de lui, c'était de l'étrange contraste entre sa flamboyance publique et ses messages, au ton parfois cynique. Tous deux partageaient le même amour pour l'art et le tic de mordiller leurs pinceaux lorsqu'ils se plongeaient dans la réflexion, ce qui avait assurément grandement contribué à leur entente. « I can't tell you much. We shared messages and pictures for few years, but less and less with months. It's the reason why I wasn't preoccupied with him not answering my message, because he often had time when he was overbooked and couldn't really chat with me. »

Lorgnant son verre désormais vide, il haussa les épaules alors qu'un petit sourire nostalgique se glissait sur ses lèvres. « It was funny to see how he was in public and how he became in private. I knew him only through messages, but he had a… darker side, far from the bright colors of his art and his public behavior. …Everybody say art can be therapeutic, maybe it was his way to express what he couldn't. »

Se tournant à nouveau vers Elijah, sa risette se déforma en une petite grimace tandis qu'il se grattait inconsciemment la nuque, plongeant ses doigts dans sa crinière épaisse et sauvage. Même s'il lui avait demandé de lui raconter ce qu'il savait, Demetri se doutait que raviver de telles pensées ne serait pas sans conséquence. « I'm sorry, I didn't want to bring up difficult memories. Are you alright ? »

©️ 2981 12289 0
Mails : 107
Double-compte : //
Surnom : Eli'
Age du Montréalais : 33
Portrait robot :
$ : 2648
Elijah Roussel
Mer 23 Jan - 13:08

ft.  Brazil Argento

“Each decision you make holds meaning only by affecting your next decision.”

A Gift for an Existence

Entendre parler de lui, comme s’il avait été encore vivant la veille, lui brisa le cœur. C’était plus dur qu’Elijah ne l’avait imaginé, mais pourtant, il buvait ses paroles attentivement, ne regardant même plus les verres ni les cadavres, ses coudes sur le bar et la tête entre ses mains. Il se rappelait de ces expositions-là, et de l’odeur du verni des tableaux entreposés dans les pièces, et évidemment de Lucas virevoltant comme un enfant dans ce qu’il aimait. Elijah n’avait jamais vraiment bien compris l’art tel qu’il existait dans les musées. Il comprenait la beauté de la mécanique, de toutes ces pièces qui s’accordaient parfaitement ensemble, de ces codes qui donnaient naissance aux androïdes les plus compétents, mais l’art… L’art il ne le comprenait qu’à travers Lucas. Et il était parti.

Demetri et lui n’avaient pas été proche, et tellement moins proches qu’Elijah avait pu l’être. Cependant peu de personnes avaient eu vraiment l’occasion de s’approcher de lui, comme en témoignait son interlocuteur. Les souvenirs qu’il avait semblaient assez heureux pour lui, mais quand il se tourna vers Elijah, son expression s’effondra en une grimace. La voix lui manquait un peu quand il répondit, sa gorge était si serrée.

Ah… Yes?

Il prit quelques secondes de plus à se rendre compte que des larmes avaient coulé sur ses joues. Un peu embêté, Elijah essuya ses yeux. Cela lui arrivait tellement plus de pleurer, il avait oublié la sensation.

Shit sorry. I am fine, I swear.

Elijah ne l’était pas tant que cela, mais voir les gens inquiets pour lui semblait beaucoup trop overwhelming pour l’instant. Il se racla la gorge et détourna les yeux vers le dernier shot, avant de le prendre et de le boire. Un peu difficile à avaler à cause de sa gorge serrée, mais possible. Cela lui fit assez tourner la tête pour lui remettre quelques idées en place.

It’s just a lot, I haven’t thought about all of this for years. I’m afraid to, I guess.

Effrayé d’être blessé et meurtri à nouveau comme il l’avait été à cette époque. Cependant, cela ne lui faisait pas que du mal, après tout, il y avait aussi un peu de bonheur à repenser à son sourire et tout le reste de sa personne. Le manque était toujours terrible. Elijah n’avait jamais manqué d’une famille, ou que qui que ce fut vraiment, il avait toujours eu du mal à réellement apprécier autrui au point qu’ils deviennent une partie importante de sa vie. Mais Lucas… Bref.

L’ingénieur ne voulait pas rester comme cela plus longtemps, alors il se leva, un petit peu déséquilibré. Sa main se posa sur l’épaule de Demetri pour s’y tenir un peu, mais il tapota son épaule.

Would you dance? It’s gonna be real hard in that state but that’s another great challenge! The one who stays the longest without falling will give the other something to do.

Il se mit à rire légèrement. C’était puéril et terriblement idiot, mais il n’avait pas envie de rester sérieux plus longtemps dans ce genre de contexte. Lucas ne serait pas resté sérieux en public, et Elijah était bien trop wasted pour rester à pleurer et ruiner la soirée d’un autre. A la base, il était venu pour boire, ce qui était fait, et bouger, ce qui restait encore à faire.



[Flashback] A Gift for an Existence Eli_de10
Merci !:
 
Voir le profil de l'utilisateur
Mails : 71
Double-compte : Chayton M. Wolfe
Surnom : Dem
Emploi/loisirs : Ambulancier, secouriste, bénévole ...
Portrait robot : – 29 ans, écossais et pas tout à fait bilingue, Demetri parle encore le français avec un fort accent. Longtemps secouriste sans frontière, il a beaucoup voyagé avant de se poser en tant qu'ambulancier à Montréal avec sa chienne, Horchata.

– Yeux bleus/gris, longs cheveux bouclés noirs et un mélange de taches de rousseur ou de peinture sur le visage, il possède une chaleur généralement communicative. Peindre est un de ses passe-temps favoris, il a longtemps rêvé de percer dans le milieu artistique et de vivre de ses toiles avant d'abandonner…

– Supporte très mal la solitude.
$ : 2308
Demetri McLagan
Dim 3 Fév - 19:35
A gift for an existenceIl savait que ce n'était pas une bonne idée, qu'il devrait se taire et s'arrêter là, mais ses lèvres ne restaient pas closes bien longtemps ; Demetri ne pouvait pas lui refuser ses souvenirs. Et ce n'était pas comme s'ils étaient proches au point qu'il puisse dire ce qui était bon pour lui. Alors quand il le vit échapper quelques larmes –bien vite essuyées–, il ne put empêcher une certaine culpabilité de grimper en lui. « No need to excuse yourself, it's alright. » La réponse fut instantanée tandis qu'il le lorgnait sans trop savoir quoi faire, l'observant avaler son dernier shot avec un air pensif. « … It's ok to be afraid to talk about all of this, you know ? You have been through a lot... »

Et maintenant ?, qu'il se demandait. Qu'était-il censé faire, maintenant qu'il avait complètement plombé l'ambiance ? Il était bon pour soigner les blessures des gens, Demetri, parfois même pour trouver les mots adéquats et les réconforter au mieux. Mais que dire dans ce cas précis ? Que pouvait-il bien faire pour apaiser la douleur d'une perte qu'il ne pouvait que comprendre ? Elijah trouva la réponse à sa place. Un rire qui lui sembla un peu faux s'échappait de ses lèvres, mais son idée était bonne : il lui proposait d'aller danser, au risque de se torcher lamentablement au sol après avoir autant bu, et de pimenter le tout avec un possible gage à la clef. Rien de mieux pour lui changer les idées, il espérait.

« Yeah, I'm in ! »

Il lui répondit avec un sourire chaleureux, quoiqu'un brin facétieux, alors qu'il ajoutait : « But I'm a heavy drinker and a good dancer so be prepare to lose. » L'aidant à se redresser, Demetri l'entraîna sans tarder vers la piste de dance. Son idée lui plaisait bien. Il avait toujours fonctionné aux provocations et fonçait généralement tête baissée vers le moindre petit défi, peut-être par ego ou par volonté de prouver qu'il était capable ; peut-être par envie de dénicher de l'amusement dans le fait de se dépasser et de surprendre les autres ; et peut-être qu'il était aussi trop heureux de pouvoir réparer sa connerie et de changer les idées d'Elijah...

Là, entouré de gens et de musique, se sentant particulièrement léger après tous ces shots, Demetri se mit à danser. Le sang lui montait vite aux joues et ses mouvements, bien que coordonnés, n'étaient pas très sérieux et lui envoyaient régulièrement ses boucles dans la figure, mais l'amusement revenait. Jetant une large risette pleine de dents à Elijah, il avoua : « No, I'm maybe not a great dancer after all… You move a lot better. »

Il espérait sincèrement que le blond arrive à décompresser un peu. À défaut de pouvoir lui donner des solutions, Demetri pouvait essayer de lui changer les idées et d'achever sa soirée sur une note plus festive, moins douloureuse. Lui agrippant le bras, il s'amusa à le faire tourner sur lui-même. « … it doesn't seem great to say when you look how I'm dancing …but it's a compliment ! »

Échappant un petit rire, il le fit tourner une deuxième fois, un peu plus délicatement que la première, avant de le lâcher. « And you can call me a cheater. It isn't spinning too much ? »

Le faire tourner sur lui-même était un coup bas, un tout petit, Demetri ne le niait pas … mais ils n'avaient jamais émis la moindre règle quant à leur challenge. Et il était un sale gamin notoire... Son petit sourire moqueur s'exprimait presque à sa place. « Cling to me if needed. »

©️ 2981 12289 0
Mails : 107
Double-compte : //
Surnom : Eli'
Age du Montréalais : 33
Portrait robot :
$ : 2648
Elijah Roussel
Jeu 7 Fév - 15:03

ft.  Brazil Argento

“Each decision you make holds meaning only by affecting your next decision.”

A Gift for an Existence

C’était okay d’être affrayé. Non cela ne l’était plus vraiment. Après toutes ces années, Elijah avait laissé cette journée dans une boîte noire, fermée au fond d’un tiroir dans son esprit. C’était un lâche, Elijah, aucunement capable de faire l’effort de récupérer cette boîte noire, de l’ouvrir. Parce que son contenu, il le savait, finirait par le dévorer entièrement. Elijah préférait oublier, il préférait oublier ces derniers instants, qui ressemblaient à un champ de bataille, que son esprit n’arrivait à saisir. La main sur l’épaule de Demetri, il attendit sa réponse pour sortir de son esprit embrumé et se donner, cœur entier, à l’espace dans lequel Elijah existait. Apparemment, la compétition était rude, son interlocuteur était à la fois un bon danseur et un bon buveur. Mais Elijah ne se laisserait pas faire.

Marcher lui demandait un peu plus de concentration que d’habitude, cela était certain. Mais, ce n’était pas aussi pire qu’il ne l’avait pensé. Ils allaient ensemble vers la piste, où la musique battait à son plein, les corps chauds bougeant plus lentement qu’au début, l’alcool ayant ralenti la majorité de la fête à présent. Elijah était préparé à perdre, comme le lui avait annoncé Demetri, mais au final, ils semblaient être aussi doués l’un que l’autre pour la danse. Les mèches sur le front d’Elijah commençaient à coller un peu avec la sueur, le cœur battant à la chamade, la cage thoracique comprimée par la compression de son binder. Ses joues étaient rouges, tout comme ceux de l’autre homme, et ils ne faisaient que s’amuser de façon naïve. Laissant le reste de côté pendant un temps. Il lui avoua qu’il n’était peut-être pas si bon danseur, comparé à Elijah, et un vrai rire sortit de sa gorge.

You kidding me, I have two left feet!… But maybe you have just one of them.

Quand bien-même la soirée n’avait pas été la plus joyeuse au monde, Elijah se sentait bien à danser. La fête, comme cela, en laissant tous les problèmes derrières, c’était la meilleure chose au monde à ses yeux. Il n’y avait de véritables moments où il se sentait libre en dehors de ces murs. Bientôt, Demetri le fit tourner sur lui-même, et la pièce qui semblait déjà tourner dans tous les sens, tournait d’autant plus, la tête vrillée par le son et par le poids de la brume dû à l’alcool. Elijah ne savait bientôt plus où il était réellement, ni ce qu’il était vraiment, tourné encore une fois. Il aimait bien tourner, cette sensation de légèreté qui l’accompagnait, mais l’homme devait avouer que cela ne plaisait pas tant que cela à son estomac. Repoussant l’envie de vider son estomac sur l’espace, il s’arrêta vivement de tourner et se raccrocha à son partenaire de danse.

A tiny bit, it was low!

Il sourit et rit finalement. Elijah se frotte le front pour essuyer la sueur, se sentant absolument dégoûtant et collant. Après quelques longues respirations, il se sentit moins nauséeux, mais toujours perdu dans l’espace.

You should turn around too, so we can be even.

A la fin de sa phrase, Elijah tira la langue, ignorant ses sensations physiques. Ses yeux s’arrêtèrent sur les cheveux dans le visage de Demetri, et ses mains vinrent doucement les dégager de son visage. Ses cheveux étaient en bazar, long, bouclés. La couleur écrasée par les néons bleus et roses tout autour.

Or we could say I lose. I don’t mind, you were the smartest.

Ses yeux fixés sur les siens, Elijah ne savait plus vraiment ce qu’il était censé faire ou non. Il se sentait idiot, lourd et léger à la fois, embrumé et clair. Il avait au moins l’impression d’exister un peu, à travers l’existence de son interlocuteur. Il voulait le remercier. Ignorant la nausée crépitant dans le coin de son estomac, il approcha son corps du sien, les lèvres entrouvertes.



[Flashback] A Gift for an Existence Eli_de10
Merci !:
 
Voir le profil de l'utilisateur
Mails : 71
Double-compte : Chayton M. Wolfe
Surnom : Dem
Emploi/loisirs : Ambulancier, secouriste, bénévole ...
Portrait robot : – 29 ans, écossais et pas tout à fait bilingue, Demetri parle encore le français avec un fort accent. Longtemps secouriste sans frontière, il a beaucoup voyagé avant de se poser en tant qu'ambulancier à Montréal avec sa chienne, Horchata.

– Yeux bleus/gris, longs cheveux bouclés noirs et un mélange de taches de rousseur ou de peinture sur le visage, il possède une chaleur généralement communicative. Peindre est un de ses passe-temps favoris, il a longtemps rêvé de percer dans le milieu artistique et de vivre de ses toiles avant d'abandonner…

– Supporte très mal la solitude.
$ : 2308
Demetri McLagan
Lun 18 Fév - 13:58
A gift for an existenceUn petit sourire taquin glissa sur ses lèvres lorsqu'il le sentit s'accrocher plus fermement à lui. « No, I'm not gonna spin around while you're in my arms. I think you had enough! » qu'il lui répondit avec un petit clin d'oeil, quelque peu attendri par les mains qui vinrent déloger ses boucles de son visage. Et là, avec Elijah contre lui, il se remit à danser.

Rien à voir avec les mouvements bordéliques et énergiques de tout à l'heure, au contraire même. Son regard dans le sien, ses bras autour de son corps rendu bouillant par l'alcool et la danse, Demetri le berçait presque. La musique s'y prêtait bien. Moins sauvage que tout à l'heure, elle donnait toutefois une cadence trop rapide pour son petit slow improvisé. N'en ayant que faire, complètement dans sa bulle, son attention tournée tout entière vers Elijah, il se contentait de le faire gentiment balancer de droit à gauche, son visage proche du sien. « Oh ? And what if you loose ? What kind of order should I give you ? »

Ses lèvres entrouvertes attirèrent son regard. Pretty kissable. Ses yeux, après avoir frôlé l'ourlet séduisant de sa bouche, revinrent pourtant se loger dans ceux d'Elijah. « But maybe it's what you want… Do you want me to give you orders, Elijah ? » Le prénom roula sur sa langue avec une taquinerie lourde de sous-entendu ; la question était posée sur un ton malicieux, mais sa voix – rendue quelque peu plus rauque par la boisson et leur petit jeu – se dévoilait davantage séductrice que facétieuse...

Pourtant, Demetri n'alla pas plus loin.
Ce n'était pas correct de profiter d'un mec dans un état pareil. Il avait beau vouloir lui faire passer une belle soirée, il ne pouvait décemment pas profiter de lui... mais à quoi bon être décent, alors que l'alcool avait coulé à flot et qu'il avait son corps lové contre le sien ? Il se posait décidément bien trop de question.

« Are you still dizzy ? » Alors au lieu de choisir pour lui, Demetri lui laissa le choix. Il attendit de voir quelle réaction ses petites taquineries allaient lui extirper afin de décider ce qu'il valait mieux faire … et s'il était tout bonnement en état pour quoi que ce soit. Faire tournoyer quelqu'un avec beaucoup trop d'alcool dans l'estomac ne présageait souvent rien de bon…

©️ 2981 12289 0
Mails : 107
Double-compte : //
Surnom : Eli'
Age du Montréalais : 33
Portrait robot :
$ : 2648
Elijah Roussel
Dim 24 Fév - 14:20

ft.  Brazil Argento

“Each decision you make holds meaning only by affecting your next decision.”

A Gift for an Existence

Leurs mouvements s’en retrouvaient plus intimes au milieu de la salle. Le tempo de la musique se trouvait un peu plus ralenti, sans que ce soit tout à fait parfait pour ce type de danse. Cela calmait un peu la nausée d’Elijah d’être bercé de la sorte, un peu comme un enfant. Demetri semblait être quelqu’un d’assez sensible et précautionneux pour, même avec quelques grammes d’alcool dans le sang, toujours penser à l’autre. Les mains de l’homme s’étaient logées autour de son cou, les doigts dans ses cheveux, qu’il nota étaient très agréables au touché. Ils n’allaient pas tourner plus, et c’était un soulagement certain, Elijah poussa un soupir un peu rassuré avant de rire un peu idiotement.

I would have maybe throw up, I think.

Ils étaient assez proche, leurs visages à quelques centimètres l’un de l’autre, dans une démarche très douce et reposante, après tant d’aventures et d’alcool. Elijah écoute Demetri lui demander quel genre d’ordre il aurait à accomplir, et l’homme avait quelques idées derrières la tête, un petit sourire satisfait sur son visage. Est-ce qu’il voulait qu’on lui donne des ordres ? Ah Elijah souhaitait en effet bien se faire déchargé de toutes ses responsabilités et de tous ses actes. Devenir la poupée d’un autre, se sentir libre et libéré de tout le poids qui pesait sur son corps. Avec toujours un peu de tournis, il était certainement capable de marcher à peu près droit avec de la concentration. A peu près. Mais rester auprès des bras de Demetri lui semblait bien plus agréable. La tonalité de sa voix était un peu moins contrôlée dû à son état d’ébriété, il se rendait compte, mais ce n’était pas si grave.

It’s okay I feel fine right here!

Et après cela, Elijah approcha d’autant plus son corps, maladroitement un peu, de Demetri. Il avait envie de jouer un peu plus, et l’idée de se laisser ordonner un peu partout l’amusait. Ses mains se placèrent quelques temps sur le torse de l’autre homme, avant de glisser sur ses flancs avec douceur. Ses lèvres se placèrent vers l’oreille gauche du brun, parlant moins fort, mais l’envie et l’attente rendant sa voix un peu plus grave.

Please give me some orders. I would do anything to please you tonight…

Il se rendit compte très vite que son odeur lui semblait très agréable. Dans une envie simple mais soudaine, Elijah descendit ses lèvres sur son cou. N’écoutant rien d’autre que ses désirs, il lui déposa un petit baiser au creux de celui-ci.



[Flashback] A Gift for an Existence Eli_de10
Merci !:
 
Voir le profil de l'utilisateur
Mails : 71
Double-compte : Chayton M. Wolfe
Surnom : Dem
Emploi/loisirs : Ambulancier, secouriste, bénévole ...
Portrait robot : – 29 ans, écossais et pas tout à fait bilingue, Demetri parle encore le français avec un fort accent. Longtemps secouriste sans frontière, il a beaucoup voyagé avant de se poser en tant qu'ambulancier à Montréal avec sa chienne, Horchata.

– Yeux bleus/gris, longs cheveux bouclés noirs et un mélange de taches de rousseur ou de peinture sur le visage, il possède une chaleur généralement communicative. Peindre est un de ses passe-temps favoris, il a longtemps rêvé de percer dans le milieu artistique et de vivre de ses toiles avant d'abandonner…

– Supporte très mal la solitude.
$ : 2308
Demetri McLagan
Mar 26 Fév - 19:12
A gift for an existenceC'était grisant, de se voir permettre autant de pouvoir. De voir l'autre se donner tout à lui sans même connaître plus que son nom et l'éclat de son sourire. D'entendre Elijah promettre, sur une voix de velours particulièrement attirante, qu'il ferait tout pour lui faire plaisir …

Se rendait-il seulement compte de ce qu'il lui proposait ?
Sans pouvoir se l'en empêcher, son imagination travailla pour lui et proposa de nombreux potentiels scénarios à leur petit jeu. Demetri n'aurait jamais imaginé tenir ce rôle ; pas qu'il ne le veuille pas, au contraire… mais accepter d'être un instant égoiste et de penser à sa propre envie pour ordonner à quelqu'un de la satisfaire était… incroyablement éloigné de son caractère. Lui était le premier à vouloir satisfaire, à complimenter, à prendre soin des autres… ce qui donnait peut-être à leur petit jeu ce côté si séduisant et électrisant. Putain, il n'aurait jamais cru se retrouver dans ce genre de situations. Étaient-ils tous comme Elijah, à Montréal ? 

« Fuck. you dunno what you're asking, what you're doin' to me... » Il lui répondit sur le même timbre de voix, son cou –bien trop sensible à ce genre d'attentions– s'offrant à ses lèvres sans l'ombre d'une résistance. Il ne pensait à rien d'autre qu'aux délicieux frissons que ce baiser faisait courir sur sa peau et à son désir, qu'il pouvait sentir crépiter et grandir au creux de ses reins. Il envoya bouler toutes ses précédentes considérations, son attention rivée vers ce nouveau petit jeu fort prometteur. « Hmmm… Anything, really ? »

Demetri fit alors mine de réfléchir, alors qu'il savait d'avance ce qu'il désirait. Lové contre son corps, il ne pensait même plus à danser, il n'entendait plus la musique, les rires, les discussions et les verres qui s'entrechoquaient…  Il délogea Elijah de son cou pour doucement retracer l'ourlet de ses lèvres du pouce, celui-ci venant ensuite se perdre contre sa mâchoire, qu'il gratifia d'une légère caresse.

Ses prunelles cherchèrent les siennes, les effleurant d'un regard empli de passion, de convoitise et d'amusement alors qu'il lâcha finalement son premier ordre. « If you really want to offer yourself to me like this … I want you to kiss me. Right here, on the lips.»



©️ 2981 12289 0
Mails : 107
Double-compte : //
Surnom : Eli'
Age du Montréalais : 33
Portrait robot :
$ : 2648
Elijah Roussel
Sam 9 Mar - 19:04

ft.  Brazil Argento

“Each decision you make holds meaning only by affecting your next decision.”

A Gift for an Existence

L’homme percevait bien que sa nouvelle soumission était attirant au regard de son partenaire de danse. Abandonner tout contrôle, c’était comme lâcher toute la pression qui s’était insinuée pendant toutes ses années, tout ce temps. Le poids sur ses épaules semblait fondre au fur et à mesure que le temps s’écoulait depuis sa dernière phrase. Elijah pouvait et voulait devenir un bon petit soldat, ordonné un peu partout pour faire ce qu’il voulait et ne voulait pas faire. La peau tendue du cou de Demetri était chaude sous ses lèvres, délicieuses, assez pour donner envie au blond alcoolisé de le mordiller. Il résista à la tentation au moins pour le moment, faisant simplement glisser sa lèvre inférieure vers la partie supérieure du cou du brun, glissant près de son oreille, et de tous ses cheveux.

Yes, Anything.

Dit-il délicatement, appuyant ses propos précédent doucement. Ses doigts sur ses flancs continuèrent leur chemin jusqu’aux lombaires de l’autre homme, puis descendant un peu plus bas sur son dos. Il avait cette furieuse envie de l’agripper par les fesses un moment, de pouvoir sentir la chair entre ses doigts, d’appuyer, de masser, de se frotter. L’envie, claire et criante, violente comme un coup de fouet au sein de son membre. Demetri, lui, semblait être dans ses pensées, à réfléchir à ce qu’il pourrait bien faire faire à son nouveau jouet. Elijah était dans l’expectative, l’attente insoutenable, et puis, il fut quelque peu poussé en arrière.

Il y avait beau y avoir beaucoup de tumulte et de changement dans la salle, beaucoup de sons, de musique, Elijah n’entendait rien. Ses yeux étaient rivés sur ceux de Demetri, encore flou à cause de l’alcool, mais un peu moins nauséeux. Le fait de ne pas y penser aidait beaucoup à pouvoir se contrôler de ce côté-là. Les doigts de Demetri vinrent se poser avec douceur sur le coin de la lèvre d’Elijah. La sensation était comme du velours, mais aussi électrique, effleurant sa peau, éparpillant ces petites sensations jusqu’à sa nuque. Ah ce type de caresses lui avait manqué, il en avait fermé les yeux pour se complaire un peu plus dans la sensation. Les doigts de l’autre homme vinrent jusqu’à sa mâchoire, et Elijah rouvrit les yeux, pour regarder les pupilles dilatées du brun.

L’espace entre eux semblait glacial comparé à la chaleur de leur corps, Elijah n’avait qu’une envie, c’était de la rendre la plus courte possible, le plus vite possible. Le premier ordre du soir était simple, venir l’embrasser. Son estomac n’était pas encore tout à fait à l’aise, mais il ferait l’effort, pour son maître du moment. La main presque détaché de son flanc, Elijah se rapprocha pour se coller à nouveau contre lui. Il était bien plus agréable de sentir le corps de Demetri contre le sien, que l’absence de chaleur, et le blond se sentir lâcher un petit soupir. Maladroit, il monta sa main gauche vers la joue du brun pour loger quelques mèches rebelles derrière son oreille, avant d’approcher ses lèvres. La pensée que son haleine devait pas être des meilleures apparu subtilement, mais Elijah était bien trop dans un état second pour y prêter beaucoup d’attention.

Tout était tellement plus simple avec l’alcool. Ses lèvres s’entrouvrirent près de celles de Demetri, sans pour autant les toucher. Pendant quelques secondes, ils restèrent de la sorte, l’attente et l’expectative rendant l’atmosphère d’autant plus brûlante. Et puis finalement, après une si longue attente, du moins aux yeux du blond, il finit par s’attaquer aux lèvres de son partenaire du soir. Elijah commença doucement, mais ses envies prirent assez rapidement le dessus sur son contrôle, ramenant ses hanches contre celles de Demetri pour s’y frotter. Sa prothèse devait un peu se sentir sous son pantalon, son engouement pour le moins qu’on puisse dire… Palpable. Son baiser s’approfondit donc, laissant échapper sa langue sur les lèvres du brun, n’osant pas mordre, mais le voulant beaucoup.

Et puis, Elijah finit par se détacher très lentement. Son corps se redressa doucement pour ne pas perdre la tête qui lui tournait déjà beaucoup, et il avait les joues empourprées par la chaleur, les cheveux en sueur, le corps entier frémissant de désir. Sa voix lui sembla d’autant plus grave à l’instant où il ouvrit la bouche.

What else?



[Flashback] A Gift for an Existence Eli_de10
Merci !:
 
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum

 :: Montréal :: Centre-ville culturel :: Vieux-Montréal
[Flashback] A Gift for an Existence

Sauter vers: