TEASING - Montréal, 2048.

Une foule anarchique et cosmopolite fourmille le long de la rue sainte Catherine. L’armada populaire est multicolore de peau tandis que les corps sont de chair, de métal, ou bien encore métis. Homme et androïde, chacun est différent mais tous sont identiques dans la masse, individus trop pressés, croisant l’autre sans même le regarder. C’est une tourbe de bras et de jambes. D’identités.
Certains sont riches. D’autres sont pauvres. Loin du manichéisme, ils manipulent, écrasent. Grondent, se révoltent. Se soumettent ou subissent. Ignorent et se contentent d’avancer. Ils vivent, se confrontent et se répondent car cette foule polymorphe, insaisissable, est l’essence même du mouvement.
C’est la danse des humanités.
De notre société.
Staff
Léandre Luissier - L'Archiviste
DC : Johann Keegan - Logan Duval
Fondateur & graphiste - Présent

Les figures de l'ombre
Nouveautés

▬ 06/18 :Lancement de Human Outside, pour les deux ans du forum ! C'est un grand remaniement qui n'attend plus que vous ♥
Prédéfinis

Maladresse de facteur [Eli]
 :: Montréal :: Quartiers résidentiels

Invité
avatar
Ven 23 Fév - 12:08
Cher Antoine,

C'est la première fois que j'écris une lettre en dehors du ressort administratif, je ne suis pas certain d'en maîtriser tous les codes. Malgré mes recherches sur internet il n'existe que peu de modèles cohérents avec ce que je veux vous dire. Je ne suis tombé que sur des textes mièvres, où les vers exprimés étaient ceux d'autres poètes, j'ai trouvé cela grossier et stupide alors j'ai jugé plus pertinent de ne pas m'en servir.

Tout d'abord j'espère que vos blessures vont mieux depuis l'incendie. Nous n'avons pas eu l'occasion de nous revoir depuis, c'est bien dommage car j'ai pris le temps de lire vos textes. J'ai eu beau les décortiquer en long et en large je n'ai pas toujours compris ce que vous vouliez dire, mais vos mots ont eu un impact étrange sur ma raison. Je crois que l'on parle d'esthétique dans un tel cas. Afin d'être le plus objectif possible j'ai lu d'autres poèmes d'autres auteurs autrement plus célèbres que vous. Ca ne m'a pas vraiment fait le même effet. J'ai essayé de comprendre pourquoi et j'en suis venu à la conclusion que peut-être cela était lié au fait que je vous ai rencontré. Il est sans doute possible qu'un début de lien, aussi professionnel soit-il, puisse impacter les émotions éveillées par le texte de l'auteur avec lequel on a discuté. J'aurais besoin de plus d'éclaircissements à ce sujet et peut-être en parlerons-nous à notre prochaine rencontre.

J'ai également essayé de rechercher les émotions dans vos poèmes, selon ce que vous racontiez dans vos textes parfois franchement décousus. Je ne saurais que trop vous conseiller de remettre un peu d'ordre dans vos idées, un esprit aussi incohérent n'est pas viable à long terme. Peut-être que cela explique vos problèmes sentimentaux, en plus de votre physique commun et votre intérieur maladif. Néanmoins il me faut bien admettre avoir éprouvé une certaine forme de plaisir dans ma lecture, et parfois vos mots m'ont plongé dans de longues réflexions. J'aurais aimé, lors de ces moments, vous avoir près de moi afin d'en discuter. Mais vous n'étiez pas là alors j'ai tout noté dans un carnet en espérant que l'occasion se présenterait que nous en parlions à l'avenir. Je crois que j'espérais. Ce doit être le mot exact. Je crois.

Il m'est arrivé également à plusieurs reprises de repasser dans mon esprit le film de notre rencontre. J'y ai cherché des éléments de réponses à mes questions, hélas sans trop de succès car vous n'avez pas été précis. Mais à force de le faire je dois admettre que j'ai pris goût à cet échange, aussi bref fusse-t-il, et je crois avoir éprouvé une certaine forme de tristesse à l'idée de n'avoir plus eu la possibilité de vous revoir ensuite. Ou alors est-ce de la nostalgie ? Je ne connais pas trop la différence entre les deux. Vous êtes un personnage intéressant pour un humain. Sûrement parce que vous êtes un poète. Et j'aime bien la poésie. La vôtre en tous cas.

J'espère avoir bien respecté les codes d'usage dans l'échange épistolaire.

Et j'espère aussi pouvoir bientôt discuter de vive voix avec vous. Il est d'ailleurs très étrange d'utiliser la formulation "j'espère". Vous aviez raison, l'écrit induit plus facilement l'émotion que l'oral, même des émotions que l'on ne ressent pas.

A très bientôt Antoine.

Valérian.
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum

 :: Montréal :: Quartiers résidentiels
Maladresse de facteur [Eli]

Sauter vers: