TEASING - Montréal, 2048.

Une foule anarchique et cosmopolite fourmille le long de la rue sainte Catherine. L’armada populaire est multicolore de peau tandis que les corps sont de chair, de métal, ou bien encore métis. Homme et androïde, chacun est différent mais tous sont identiques dans la masse, individus trop pressés, croisant l’autre sans même le regarder. C’est une tourbe de bras et de jambes. D’identités.
Certains sont riches. D’autres sont pauvres. Loin du manichéisme, ils manipulent, écrasent. Grondent, se révoltent. Se soumettent ou subissent. Ignorent et se contentent d’avancer. Ils vivent, se confrontent et se répondent car cette foule polymorphe, insaisissable, est l’essence même du mouvement.
C’est la danse des humanités.
De notre société.
Staff
Léandre Luissier - L'Archiviste
DC : Johann Keegan - Logan Duval
Fondateur & graphiste - Présent

Les figures de l'ombre
Nouveautés

▬ 06/18 :Lancement de Human Outside, pour les deux ans du forum ! C'est un grand remaniement qui n'attend plus que vous ♥
Prédéfinis

DATE 1 : Johann et Neliya
 :: Extérieur :: Events :: Speed dating

Mails : 72
avatar
Ven 20 Juil - 15:11
Pour cette première rencontre, voici une drôle de confrontation, celle d’un intellectuel hippy avec une jeune femme déprimée par les drames récents de la vie.
Le musicien et sa bonne humeur arriveront-ils à redonner le sourire à cette femme à qui la vie devrait sourire ? Seul l’avenir nous le dira.

Johann Keegan commence, le bagout lancé.
Mails : 20
Double-compte : Léandre et Logan
Surnom : Jo'
Emploi/loisirs : Doctorant en theologie / musicien de rue / cultivateur de cannabis
avatar
Ven 20 Juil - 15:30

« Bon, vu que tu vas travailler, je te laisse, à une prochaine ! »

Voila ce que Johann, attablé à une terrasse de café, un cappuccino soja stevia vide à la main, avait déclaré à son ami, un sourire solaire sur les lèvres.
Il s’était levé ensuite, avait payé sa partie de l’addition et les deux connaissances s’étaient séparées, leurs emplois du temps de la journée opposés.

Devant le seuil du café, le musicien soupire, amusé en repensant au sérieux à toute épreuve de l’ami, à ce travail qu’il abattrait même aujourd’hui alors que tout est à la fête dehors, que l’instant crie de profiter car ce n’est pas tout les jours la saint-Jean… Juste une fois par an.  
La pensée volage et rêveuse, il se met à marcher au hasard des rues, laisse ses pas vagabonder, déambuler, les yeux occupés à tout voir, à cueillir chaque rire pour s’en abreuver.
Il traverse les quartiers, s’arrête parfois à une petite animation  mais quand ses pieds sont usés de trop de marche, son regard se pose sur une place traversée de part en part par une suite de tables collées où des plats de toutes sortes patientes.  Les convives de ce banquet d’été sont encore debout, massés en petits groupes. Ils attendent et Johann approche, vient questionner, reçoit une réponse à ses interrogations. C’est un pique-nique speed-dating. Tout le monde peut participer.
Le sourire du musicien s’agrandit sous l’invitation et le voila parti dans le projet.

A l’instar des autres, il s’assied quand l’activité commence, fixe d’un regard mutin et accueillant la jeune femme qui lui fait face. Elle sera sa première rencontre et son physique dynamique, ses cheveux courts et son look décontracté lui plaise, l’inspire. Il y aura surement des choses à raconter et le musicien prend l’initiative de commencer la discussion d’un sourire chaleureux.        

« Bonjour Mademoiselle ! Je  me présente, Johann Keegan, musicien de rue, hippie de cœur et doctorant en théologie. Ravi de vous rencontrer !»
Mails : 242
Double-compte : /
Surnom : Nel / Lïya
Emploi/loisirs : Detective Privé
Portrait robot : .
A perdu son bras droit Suite à la catastrophe de la AH exposition
Porte une prothèse mécanique apparente
Panique lorsqu'il y a des bruits forts. ne supporte plus les pétards
Détective privé qui retrouve ce que vous avez perdu
Parle en #AE7B15
avatar
Jeu 2 Aoû - 19:37
Speed Dating

La curiosité. Voilà, Nelïya l'avait, la raison qui l'avait poussé à venir ici ! Quand elle regardait cette masse cosmopolite et qu'elle se demandait pourquoi et comment elle avait pu en faire partie, elle souriait presque en se disant : j'aurais pas pu manquer un truc comme ça.

A moins peut-être d'être dans un autre endroit au moment donné... Mais pour le coup, elle avait été au bon endroit, au bon moment ! La voilà attablée. Un homme, au look singulier approche et se place en face d'elle.

Il se présente et le visage de Nelïya s'illumine avant qu'elle laisse échapper un sourire.

-Doctorant ET musicien de rue ? Je n'aurais pas imaginer ces deux jobs incarné dans une même personne. Commente-t-elle avec bonne humeur.

-Nelïya fox. Détective privé... Et ... Et c'est tout !

Par dessus la table, elle tend sa main droite. Sa prothèse métallique et apparente s'ouvre pour accueillir la poignée de main de l'homme.

-Puisque tu n'oseras pas poser la question : j'ai perdu mon bras dans catastrophe de la AH exposition. Ajoute-t-elle.

-Je dis pas ça pour que ça te mettes mal à l'aise, ou quelque chose comme ça. C'est juste que je sais que beaucoup de gens se posent la question. Et comme on a peu de temps, je préfère avoir toute son attention en éludant les interrogations informulées. Précise-t-elle avec un sourire en coin.

-Oh d'ailleurs : ça te dérange que je te tutoies ?

Mails : 20
Double-compte : Léandre et Logan
Surnom : Jo'
Emploi/loisirs : Doctorant en theologie / musicien de rue / cultivateur de cannabis
avatar
Mar 14 Aoû - 11:08

Elle n’y va pas par quatre chemins et Johann aime cette franchise.
Il aime aussi son sourire, sa voix affirmée, la main qu’elle tend sans chichi.
Ca lui plait. Les femmes de caractère qui savent garder un regard bienveillant sur leur interlocuteur se font rares à leur époque nécessairement militante.

Un sourire calme sur les lèvres, charmé, il sert la main prothétique de la jeune femme avec énergie, lui répond, un rire léger dans la voix.

« Tutoies- moi oui, on est entre jeunes de la même tranche d’âge et je n’aime pas trop les façons.
Pour ton bras, y a pas de problème en tout cas, on a tous nos particularités et il appartient à chacun d’en parler ou non. En tout cas, c’est une belle prothèse. Si cela peut t’consoler un peu, elle t’va bien, elle t’donne un air d’ héroïne balèze de jeu video. Une sorte de Lara Croft prothétique.»


Elle a du chien avec ses cheveux courts, son jean et sa veste en faux cuir, et donne indéniablement envie de causer.

« Pour ma part, ma vraie passion c’est la musique. Le doctorat, n’est là que pour que mon paternel me laisse tranquille et que je puisse me planquer derrière un poste stable et bien payé. Il y a de l’intérêt envers la matière mais sans plus. »

Ses lèvres s’agrandissent, et Johann, par ce changement d’attitude se fait plus complice.

« J’ai aussi une mini culture de cannabis en pot. Ça arrondit les fins de mois. »

Tout à fait légale bien sur mais la chose reste assez atypique pour attirer l’intérêt.
Il se verse un verre de jus d’orange, tend la bouteille à son interlocutrice.

« Et toi tu fais quoi dans ton boulot ? Tu files des hommes adultères ? T’as l’air d’être une femme bien. Militante ? »

Elle en avait le portrait mais parfois les apparences pouvaient se relever trompeuses.

Mails : 242
Double-compte : /
Surnom : Nel / Lïya
Emploi/loisirs : Detective Privé
Portrait robot : .
A perdu son bras droit Suite à la catastrophe de la AH exposition
Porte une prothèse mécanique apparente
Panique lorsqu'il y a des bruits forts. ne supporte plus les pétards
Détective privé qui retrouve ce que vous avez perdu
Parle en #AE7B15
avatar
Ven 17 Aoû - 15:49
Speed Dating

Elle hausse un sourcil à sa remarque. Lara Croft ? Une héroïne balèze ? Elle lui lance un sourire désabusé.

-Mon vrai bras m'allait mieux encore. Souligne-t-elle pour marquer qu'il ne s'agit pas là d'un simple jeu vidéo. Il peut bien trouver ça "cool", mais c'était facile à dire pour quelqu'un qui n'avait pas eu d'accident... Nelïya n'a pas voulu refroidir l'échange, ainsi laisse-t-elle quand même même filer un sourire magnanime.

Puis, elle s'adosse à sa chaise et ne retient pas son regard curieux qui se pose sur l'homme en face d'elle. Simple, songe-t-elle. C'est le mot qu'elle utiliserait pour le décrire. Franc, en est un deuxième.

-Un Doctorat pour faire plaisir à papa ? Il est donc loin le temps où offrir un cravate était suffisant... Commente-t-elle avec une pointe de cynisme. Elle se dit qu'au moins, elle, n'a pas eu ce problème là. Sa mère n'avait rien à dire et elle n'a jamais connu son père. problème réglé. Elle se demande si Johann a des frères et soeurs avec qui partager le fardeau de parents trop exigeants... Elle se demande aussi, si avec sa passion et ses plantations, il n'est pas un peu le vilain petit canard de la famille ?
Ces questions là sont bien trop personnelles, ainsi, elle le laisse poser ses propres questions qui, sans grande surprise, l’interroge sur son métier. Cette fois ci, elle sourit plus franchement.

-J'ai commencé par ça oui... Répond-t-elle avec une certaine nostalgie.

-Aujourd'hui, je m'occupe d'affaire plus sérieuses... Des disparitions pour la plupart. D'autres fois ce sont les grosses industries qui nous engage pour vérifier que leurs employés ne font pas de l'espionnage industriel pour le compte d'un concurrent. Ajoute-t-elle.

Et quand la discussion tombe autour d'une éventuelle position militante elle hausse les épaules.

-Hum... Pas vraiment. Confesse-t-elle en se disant que pourtant, il y a peu, elle bien été tenté de rejoindre l'une des manifestation anti-androïdes.

-Pourquoi ça ... C'est ton cas ?

Mails : 20
Double-compte : Léandre et Logan
Surnom : Jo'
Emploi/loisirs : Doctorant en theologie / musicien de rue / cultivateur de cannabis
avatar
Mar 21 Aoû - 16:13

Vis-à-vis du bras prothétique de son interlocutrice, Johann a été maladroit et le sourire de Neliya se fane légèrement, la parole amère.
En retour, il sourit doucement, paisible, convaincu de l’évidence des dires de son interlocutrice.

« Je n’en doute pas. »

Sa voix est calme. Qui pourrait en douter ?

Un bras d’origine est évidemment toujours mieux. Il n’y a pas les sensations fantômes, les risques de rejet, la rééducation et la difficulté de s’adapter à ce nouveau membre étranger… Il est naturel , évident à son porteur.
Personne hormis un fou ne voudrait le remplacer s’il avait le choix mais faute de mieux,  un membre arraché ne pouvant pas être recoller, ne fallait-il pas mieux être bien, voir comme une force, une identité, son nouveau bras prothétique ?  C’est tout ce que Johann voulait dire dans son compliment précédent. Neliya ne l’avait pas compris. Il ne lui en voulait pas. Son accident était encore si récent et peut-être n’avait-il pas était clair, subtil.

Il balaye ces pensées comme elle balaye le sujet, répond à sa déclaration à propos de son père. Ses mots, son attitude le font sourire, une pointe d’amusement à la commissure des lèvres.

« Mon père n’aime que les cravates noires unies, je suis vite arrivé à cours d’idée assez vite. »

Il rit légèrement en prononçant le trait d’humour qui pourtant cache une vérité : Son père n’est pas facile à contenter. Trop sérieux, rude. Ennuyeux.

Il écarte une fois de plus l’idée triste d’austérité, croise ses mains sous son menton, écoute la jeune femme.
Il est curieux Johann, aime apprendre à connaitre, découvrir ceux qui lui font face. Il aurait pu être psy s’il n’avait pas choisi la théologie.

« C’est un métier fascinant qui semble être le tien. Ça ne doit pas être facile d’être une femme dans un tel univers Non? »

La question est sincére. L’égalité des sexes a fait ces dernières années un bon colossal mais certaines professions restent encore quasiment constituées d’homme.

Le musicien saisit  son verre de jus d’orange, en boit une gorgée avant de reprendre.

« Pour ce qui est du militantisme, j'avoue t'avoir posé la question car tu as le charisme et le regard à porter une belle cause. Excuse-moi de m’être fourvoyer. »

Son sourire a mu, abhorre à présent celui qui appelle au pardon.

« Pour ma part, je ne milite que pour la paix dans le monde. Et un peu pour l’écologie... Des choses sommes toutes classiques. »

C’était bien là un truc d’hippie.
Mails : 242
Double-compte : /
Surnom : Nel / Lïya
Emploi/loisirs : Detective Privé
Portrait robot : .
A perdu son bras droit Suite à la catastrophe de la AH exposition
Porte une prothèse mécanique apparente
Panique lorsqu'il y a des bruits forts. ne supporte plus les pétards
Détective privé qui retrouve ce que vous avez perdu
Parle en #AE7B15
avatar
Mer 22 Aoû - 17:55
Speed Dating

L'humour de l'homme fait sourire la jeune femme. Au moins, il sait rire des choses contraignantes : comme un papa exigent. C'est, pour la jeune femme, une marque d'intelligence. Mais après tout, le fait qu'il soit en doctorat en est une encore plus parlante.

Alors qu'il pose sa question, Nelïya réfléchi à sa situation, pour la première fois...

-Hum, pour être honnête jusqu'à présent ça m'a pas empêché de progresser. Avant, j'étais serveuse... c'était bien plus désagréable... Quand on se fait siffler, ce genre de chose. Mais chez les détectives, c'est différent. Et puis, c'est pas non plus comme dans la police, où tu dois jouer les gros bras... Franchement, j'ai pas à me plaindre.

Ce qu'elle ne dit pas entièrement, c'est qu'elle a pu le devenir car l'homme qui l'a introduit dans la profession en pinçait pour elle. Pour sur, si elle avait eu une paire de couilles, elle serait surement encore en train de servir des bières au bar. Là où elle ne manque pas sourire plus franchement c'est aux compliments de l'homme.

-Le charisme et le regard à porter de belles choses ? Ronronne-t-elle avec malice.

-Toi au moins, tu sais parler aux femmes. Renchérit-elle en levant son verre, comme pour trinquer à sa santé.

-Tu n'as pas t'excuser, c'est plutôt à moi... Je ne voulais pas te décevoir. Petit clin d’œil, d'excuse.

-La paix et l'écologie ? C'est des beaux combats... Tu peux être fière de toi. Ajoute-t-elle, plus sérieuse, attentive à transmettre la sincérité de ses paroles.

-Et qu'est-ce qui a fait que tu as voulu t'investir autant là dedans ?

Mails : 20
Double-compte : Léandre et Logan
Surnom : Jo'
Emploi/loisirs : Doctorant en theologie / musicien de rue / cultivateur de cannabis
avatar
Jeu 6 Sep - 13:55

Imagine, John Lennon


Johann écoute la femme religieusement, un demi-sourire songeur aux lèvres, la parole silencieuses.
Les mots de la déctective glissent, mélodieux contre ses tympans et l’esquisse sur son visage réchauffe très doucement son cœur. Elle est solaire cette Neliya, comme un rayon tendre et légèrement piquant d’un vert mois de mai.
Elle y arrivera dans la vie, le musicien n’en doute pas et si elle grimpe les échelons, ça ne sera pas uniquement grâce à son aura mais aussi par la finesse de son esprit.
Jo’ la voit, là, discréte, la subtilité de la pensée cachée sous le manque d’assurance, encore timide et charmante dans son immaturité, sublime quand elle aura su s’épanouir.
Il est fort pour détecter ces choses là, le Doctorant, peut-être parce que cela lui renvoit à son propre reflet d’avant.

Quand la jeune femme ronronne, léve son verre à sa santé, un clin d’œil au regard, il ne peut que l’imiter, les yeux rieurs, un éclat de rire dans la gorge, le verre plein de jus de fruit.  

« A la santé de cette rencontre ! »

Les verres s’entrechoquent et les gorges se désaltèrent, action nécessaire avant de reprendre le sérieux d’une discussion.

 « Ce qui a fait que j’ai voulu m’investir dedans ? Je ne sais pas trop. Je crois que c’est une évidence depuis longtemps. La paix et l’écologie, c’est les fondements même de la vie. Sans elles, l’environnement qui nous entoure est instable et dangereux et on ne peut rien construire sur le long terme, pour nous et nos enfants. C’est un truc d’idéaliste mais je rêve d’un monde à la John Lennon. Imagine… C’est une musique de vieux mais j’adore. Si tu ne connais pas, j’peux te le jouer à l’harmonica là. »

Mails : 242
Double-compte : /
Surnom : Nel / Lïya
Emploi/loisirs : Detective Privé
Portrait robot : .
A perdu son bras droit Suite à la catastrophe de la AH exposition
Porte une prothèse mécanique apparente
Panique lorsqu'il y a des bruits forts. ne supporte plus les pétards
Détective privé qui retrouve ce que vous avez perdu
Parle en #AE7B15
avatar
Mer 19 Sep - 19:29
Speed Dating

Avec une désinvolture qui lui va si bien, Nelïya pose ses coudes sur la table, reposant son visage à l'expression intéressées entre ses mains positionnées en calice. Le contact froid de prothèse se mêle à la chaleur de son autre membre, toujours intact. Avant, cette différence la choquait, aujourd'hui elle y est accoutumée.

Son attention n'est plus détournée par ce détail et c'est toute entière qu'elle peut se consacrer à son vis-à-vis qui, parvient à la passionner par ses paroles.

Il dégage cette bonne humeur, cette "passion", propre aux personnes qui croquent la vie à pleine dent et qui ont la force de se battre pour elle, et la chose impressionne la jeune femme. C'est un rêveur, le genre qui sait vous emmener avec lui. Étrangement, aux oreilles de Nelïya, le discours sur l'écologie et la paix pourtant classique, semble prendre enfin sens car il a une façon très communicatif de la communiquer. Rêver d'un monde utopiste est un luxe que Nelïya ne s'est jamais offert, mais aujourd'hui, à ces côtés, elle a presque envie d'y croire.

C'est avec une tendresse touchante qu'elle confesse :

-Imagine... J'adore cette vieille chanson... Mon ancien boss, celui qui tenait le bar où je bossais, disait que c'était la seule chanson sur laquelle il acceptait de danser un slow. C'est lui qui me l'a fait découvrir... Un sourire nostalgique se dessine sur ses lèvres en se rappelant le Vieux Monsieur Galdow qui lui fait écouter le titre, comme on fait découvrir un trésor inestimable.

-Ça me ferais plaisir de te l'entendre jouer à l'harmonica... Ajoute-t-elle, un peu intimidée par cette demande.


Mails : 20
Double-compte : Léandre et Logan
Surnom : Jo'
Emploi/loisirs : Doctorant en theologie / musicien de rue / cultivateur de cannabis
avatar
Mar 9 Oct - 16:32

Imagine (à l'harmonica), John Lennon


Neliya Fox.
A mieux y regarder, son patronyme lui va à ravir quand elle pose son visage dans l’alcôve de ses paumes.
Comme le dit son nom, elle est un peu renarde dans la finesse de ses traits, la vivacité de son regard ambré (la même teinte presque que ceux de l’animal) et la couleur rousse de ses cheveux.
Ce n’est pas que physique néanmoins. Il y a une histoire d’aura, de présence tranquille mais aux aguets, proche et distante, étrangement sauvage, à mi chemin entre la figure féline et canine.
C’est tout ça que Johann voit en elle en un instant, comme une révélation qui la séduit davantage, l’hypnotise. Il ne dit rien néanmoins car formuler sa pensée à cet instant, tout aussi sincère soit-elle, le ferait passer pour  un dragueur à la subtilité pachydermique.
Il ne veut pas briser ce moment de bien-être désintéressé, et se contente de sourire,  le mot aimable, doux.

-Votre ancien boss était dans le vrai. C’est une chanson pour enlacer la personne que l’on aime et lui dire qu’on l’aime et que la vie sera belle.

Son air en prononçant ces paroles est mystérieux.  On ne sait pas s’il dit cela à l’intention propre de la jeune femme ou s’il déclare là une vérité universelle sur ceux que l’on aime.
Il ne s’éclaircit pas dessus, attrape son harmonica dans son sac, le pose entre ses lèvres et les yeux clos pour se concentrer et ne faire plus qu’un avec ce qui l’entoure, entame la mélodie.

Imagine
L’air est un peu différent à l’harmonica mais l’âme du morceau reste le même, empli d’espoir.
Pour aujourd’hui, pour demain, pour elle, pour eux à côté qui détournent la tête un instant de leurs discussions sous le son de l’instrument.

Imagine
Il y a tant de futurs radieux et, dans un monde que l’on pourra presque parallèle à l’instant, l’alarme des dix minutes sonne.
C’est fini.
Sans avoir fini son morceau, Johann se stoppe et retire l’harmonica de ses lèvres.

-ah... C’est l’heure on dirait.

Il sourit joliment.

-Ce fut un plaisir. J’espère que nous nous reverrons et que ton prochain date serait tout aussi agréable. J’ai passé un bon moment. Heureux de te connaitre. Viens m’écouter un jour rue sainte Catherine. J’y joue souvent.

Il dit cela avec une sincérité désarmante, puis, en contraste, tend une main énergique que la jeune femme serre. La Belle semble légèrement déçue que cette rencontre se finisse si vite. C’est aussi le cas du musicien même s’il ne le montre nullement. Il a appris à ne pas être frustré des adieux, à les voir comme de futures retrouvailles.

-A bientôt Neliya.

Ils auraient l’occasion de se revoir à la fin de ce speed-dating ou un jour suivant car la naissance d’une rencontre, rarement, s’avortait en dix minutes.




Contenu sponsorisé
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum

 :: Extérieur :: Events :: Speed dating
DATE 1 : Johann et Neliya

Sauter vers: