TEASING - Montréal, 2048.

Une foule anarchique et cosmopolite fourmille le long de la rue sainte Catherine. L’armada populaire est multicolore de peau tandis que les corps sont de chair, de métal, ou bien encore métis. Homme et androïde, chacun est différent mais tous sont identiques dans la masse, individus trop pressés, croisant l’autre sans même le regarder. C’est une tourbe de bras et de jambes. D’identités.
Certains sont riches. D’autres sont pauvres. Loin du manichéisme, ils manipulent, écrasent. Grondent, se révoltent. Se soumettent ou subissent. Ignorent et se contentent d’avancer. Ils vivent, se confrontent et se répondent car cette foule polymorphe, insaisissable, est l’essence même du mouvement.
C’est la danse des humanités.
De notre société.
Staff
Léandre Luissier - L'Archiviste
DC : Johann Keegan - Logan Duval
Fondateur & graphiste - Présent

Les figures de l'ombre
Nouveautés

▬ 06/18 :Lancement de Human Outside, pour les deux ans du forum ! C'est un grand remaniement qui n'attend plus que vous ♥
Prédéfinis

DATE 1 : Thomas et Raven
 :: Extérieur :: Events :: Speed dating

Mails : 59
avatar
Ven 20 Juil - 15:14
Pour cette première rencontre, deux âmes solitaires mais pourtant bien différentes qu’un tendre amour, celui des livres, pourrait bien rapprocher.
L’ouverture à l’autre pourra elle vaincre le gouffre entre leurs deux vies ? Seul l’avenir nous le dira.

Thomas Loiseau commence. Raven est trop intimidée pour cela.

Mails : 50
Surnom : Tom, Tommy
Emploi/loisirs : SDF - Sans emploi
Portrait robot : • Parfois camé.
• Souvent paumé.
• Musique en tête, l'Esprit en miette.

Fredonne en #e00030
avatar
Mer 25 Juil - 22:51
Nice to meet you

- Tu devrais y aller, ça à l'air sympa et puis c'est pas tous les jours la fête.

Thomas a encore la voix de Joana en tête, alors qu'il se tient dans un coin, pas encore happé par la foule, pas encore capté par les gens. Encore un peu en dehors. Tempo toujours un peu différent, pour le moment. Il espère que ça ira mieux, qu'il trouvera sa place là dedans. Qu'il ne fera pas trop tache.

- C'est juste un moment tranquille pour rencontrer et parler avec des gens tu vois.

Il y a tout de même pas mal de monde, même si ce n'est pas énorme. Certains discutent, d'autres sont comme lui et se contentent d'observer, sourire timide aux lèvres et expression curieuse. C'est joyeux comme ambiance. Et paisible aussi. Il aime bien. Croise un regard, salut d'un signe de tête hésitant, continu de parcourir l'endroit des yeux.

- Tu sais bien que je ne peux pas venir, j'ai déjà prévu des trucs... Mais nan, ça va te faire du bien de sortir pour autre chose que tes habitudes... Me fais pas cette tête, tu sais que je ne te juge pas et que tu peux compter sur moi.

Il avait beaucoup hésité à venir. Avait entendu son amie quitter l'appartement et était resté assis sur le canapé un peu usé un long moment. Avant de se dire qu'il n'avait rien à perdre, pas même du temps. Qu'au pire rien ne l’empêchait de partir. Il pouvait aussi y aller et juste jeter un coup d’œil avant de décider. Et qu'au mieux, il y aurait de belles rencontres, de ces gens qu'il n'aurait pu rencontrer autrement qu'ici en cet instant. Ça l'avait motivé.

- Non tu ne vas pas faire tache, non tu vas pas rester dans un coin et oui ça va être bien, je le sais. Puis y a le repas, au pire tu te dis que c'est gratuit et tu profites pour bien manger au soleil avec des gens.

Il avait squatté l'appart, s'était rincé, préparé, avait sorti un jean propre et clair, mais dans lequel il flottait, et s'était permis d'emprunter un t-shirt bordeaux un peu lâche au compagnon de son amie. Il ne le remarquera pas. Sans doute. Normalement. Et puis c'est trop tard maintenant.

- Je te laisse. Tu te prépares au calme, t'y vas et je ne veux pas te voir ici quand je rentre ok ? Tu ne reviens que ce soir, et tu me racontes tout... Tiens les clés, ferme bien en partant. Amuse-toi bien, bisous crétin. Moi aussi je t'aime.

Les tables sont encore vides de monde, malgré les plats déposés. On patiente. Un homme avenant, tout sourire, tient un micro et attend quelque chose. Puis ça sonne au loin et c'est l'heure discours. Sobre, juste pour présenter le fonctionnement. Et souhaiter à tous de passer un bon moment. Cela signale le début des festivités, certains se précipitent, d'autres attendent patiemment que les plus empressés se posent. Et Thomas se laisse porter par le courant, prend un siège et s'y assoit, avec l'assurance d'un enfant perdu. Mais ce n'est pas une mauvaise chose non plus, ça ne l’empêche pas de sourire à son voisin de droite, déjà installé, et de saluer les deux autres femmes près de lui sur sa gauche.
Partout maintenant, la grande tablée fourmille. Les plats commencent à circuler, les assiettes se remplissent et les conversations s’élèvent, posément, dans un joyeux brouhaha pas dérangeant. Et Thomas reste assis un instant sans rien faire, les mains sous la table à jouer avec son pantalon, inconsciemment. Il hésite, jette un regard face à lui, sourit à la jeune femme qui lui fait face, mais n'ose pas commencer la conversation. Il rougit, un peu, puis se dit que tout de même, il est un idiot. Et que ce n'est pas la mer à boire, il pourrait se jeter à l'eau. Dire quoi déjà ? Le début sûrement. Présentation du coup. C'est bien par ça qu'on commence non ?

- Je.. Tu veux boire quelque chose ?

On leur propose plusieurs boissons, Thomas se contente d'un verre d'eau et revient à la demoiselle.

- ...Je m'appelle Thomas. Puis il percute un peu, speed dating, faut se présenter avec un nom complet, pour potentiellement garder contact ensuite. Thomas Loiseau. Je fais un peu de musique, du coup j'anime quelques soirées parfois et.. j'aime bien les fleurs et regarder les gens.

Il se sent ridicule, mais ça lui tire un sourire plus grand encore. La situation est ridiculement amusante. Et il faut bien commencer quelque part, il pense qu'il aurait pu faire pire. Peut-être mieux, mais ce n'est pas bien grave.




A Fleur de Cœur
« Il faut qu’on se noie encore une fois Dans les nuits fauves Et les grands soirs Qu’on récupère un peu d’espoir. » Fauve - 4000 Iles ©.bizzle
Voir le profil de l'utilisateur
Mails : 43
avatar
Sam 28 Juil - 16:01
1 heure avant le début du speed dating…


- Tu te fous de ma gueule ?
- Oh, arrête de faire ta vilaine tête. La dernière fois que je t’ai traînée dehors, ça s’est bien passé, non ?

Raven fit la moue et croisa les bras sur sa poitrine. Elle ne savait pas quoi penser de sa visite au Dénicheur et de sa rencontre avec Esha, la journaliste. Sans doute pouvait-elle la considérer comme une « connaissance » ? (« Amie » n’était certainement pas le terme qui parvenait aux pensées de la jeune écrivaine) Au final, elle avait fait une véritable crise parce qu’un androïde avait débarqué alors qu’elle éclatait Esha à Just Dance. Aucune justice dans ce monde.

- Mais là c’est un speed dating.

Morgane leva les yeux au ciel.

- C’est parfait pour rencontrer des gens !
- Y’aura peut-être des androïdes parmi eux…, argua Raven sans oser croiser le regard de sa collègue et amie.
- N’as-tu pas décidé de faire un effort, hum ?
- Si… Mais je veux pas me faire draguer par des robots.
- Écoute, je ne te demande pas de t’envoyer en l’air avec les autres candidats, juste de faire connaissance.
- J’aurais préféré la première option, marmonna-t-elle en fourrant ses mains dans les poches de sa veste en cuir.

Puis, devant le regard outré de Morgane, elle ajouta :

- Ok, ça va ! Je vais y aller à ton truc. Mais c’est bien parce que c’est la fête.
- Évite de les fusiller du regard.
- Ouais, ouais.

Raven s’alluma une cigarette et expira une longue et lente bouffée d’air enfumée. Elle adressa un bref signe de main à Morgane puis ferma la porte d’entrée derrière elle. Elle n’aurait pas dû lui dire qu’elle avait décidé de faire des efforts depuis le Dénicheur. Elle détestait se l’avouer, mais sa rencontre avec Esha lui avait plu. La jeune écrivaine avait senti les divergences d’opinions entre elle et la journaliste et pourtant, elle n’avait pu s’empêcher d’apprécier sa compagnie pendant l’exposition. Bâtir de nouvelles relations… l’idée recommençait à lui plaire. Le sentiment était bizarre.

***

Raven grommelait toujours lorsqu’elle mit les pieds dans le parc où se déroulaient les animations prévues pour la Saint Jean. Sans attendre, elle commença à grignoter des snacks disposés pour les participants et attendit que le bonhomme au micro termine son discours. Qu’est-ce que je fous là ? tournait en boucle dans sa tête, tandis qu’elle mâchonnait des bâtonnets salés. Elle observait les autres candidats avec attention et les tables vides disposées en ligne, deux chaises de part et d’autre. En un soupir, elle s’attabla rapidement, une fois le discours terminé. Plus vite le speed dating commencerait, plus vite il serait fini, non ?

Lorsque Raven regarda le visage du garçon en face d’elle, elle se dit qu’elle aurait pu choisir mieux qu’un mec maigrichon  au sourire béat. Elle le fixa et attendit qu’il prononce quelque chose. Était-ce à elle de se présenter en premier ? Le candidat n’avait pas l’air plus à l’aise qu’elle et l’écrivaine soupira. La journée s’annonçait longue.

Subitement, il lui proposa à boire. Raven sourit. Impossible que ce type soit un robot. Ils sont trop bien programmés pour lui proposer une boisson avant de se présenter. Qui fait ça lors d’une première rencontre ? D’autant plus qu’il n’attendit pas sa réponse et revint avec un verre d’eau. Plus ennuyant, tu meurs.

La suite ne fut pas plus captivante. Il s’appelle Thomas Loiseau (y’a sûrement plein de jeux de mots débiles à faire avec ça), il fait un peu de musique (ok, ça, c’est peut-être sympa) et il aime les fleurs et les gens. Peut-être pour ça qu’il l’a relookée pendant plusieurs secondes avant de débuter la conversation.

Le jeune femme se rappela les recommandations de Morgane et respira un coup avant de prendre la parole.

- Je m’appelle Raven Aston. J’écris… J’ai l’intention d’être publiée. J’aime la fantasy. Je déteste les robots… Tu m’as pas l’air d’en être un, un bon point pour toi.

Son ton était brusque, pas méchant non plus. Elle se mordilla la lèvre inférieure et s’obligea à mieux se comporter.

- Alors Thomas, tu joues quoi comme musique ?
Mails : 50
Surnom : Tom, Tommy
Emploi/loisirs : SDF - Sans emploi
Portrait robot : • Parfois camé.
• Souvent paumé.
• Musique en tête, l'Esprit en miette.

Fredonne en #e00030
avatar
Lun 30 Juil - 0:44
Nice to meet you

Sourire qui s'ébranle, se fissure. Un peu.

La demoiselle n'est pas très avenante. Face à lui, elle ne lui donne aucune échappatoire, n'a pas l'air de vouloir apaiser la chose. Elle est sans détour, regard direct, qui fixe. Sans un mot pour le moment, elle le laisse se jeter à l'eau et se débattre vainement. Il se trouve con, comme à son habitude, surtout face à elle. Il ne la cerne pas encore, alors qu'aucun mot n'a franchi ses lèvres closes. Et avec son verre d'eau, il ne sait où se mettre. Baisse alors les yeux. Et les relève lorsqu'elle prend sa respiration. Puis la conversation.

- Je m’appelle Raven Aston. J’écris… J’ai l’intention d’être publiée. J’aime la fantasy. Je déteste les robots… Tu m’as pas l’air d’en être un, un bon point pour toi.

Ça lui tire un timide sourire, un peu gêné, comme s'il ne sait pas si c'est une blague ou non, si c'est une tentative d'humour ou s'il n'y a rien de drôle. Dans le doute, il la laisse continuer, la regarde reprendre un peu moins brusquement.

- Alors Thomas, tu joues quoi comme musique ?

Il ne s'attendait pas à une ouverture, apprécie l'effort, parce que ça doit en être un. Elle n'a pas vraiment l'air de vouloir être là. Un peu perdue ? Elle ne paraît pas perdue, plutôt assurée en fait. Et pas à sa place presque. Il ne sait pas, a du mal avec ces gens. Ces gens qu'il a l’impression de faire chier, face à qui il a l'impression de ne pas être à la hauteur. Il les fuit juste d'habitude, n'a pas besoin de fréquenter ceux qui le font baisser les yeux comme ça. Mais il y a une question, ça attend une réponse. Et le terrain est plaisant, neutre. Il peut parler, un peu, même s'il ne sait pas vraiment si ça l’intéresse. En fait il ne se sent tellement pas intéressant à cet instant. Il préférerait l'écouter, l'écouter parler. Parler de sa passion, si elle écrit c'est qu'elle aime ça ? Il ne sait pas. Et pendant qu'il répond, il récupère le plat qu'on lui tend, se sert un peu, pas assez, sans regarder vraiment ce que c'est. Et lui tend le plat en une question muette.

- Je fais plutôt de l’électro, ce qui plaît en fait... C'est bateau comme réponse. Et parce que le sujet lui tient à cœur, il reprend rapidement... Mais après je travaille plus sur des sons et des effets de voix et d'instruments. Plus dans des genres de post-rock, comme le dreampop et le shoegaze... Puis des recherches de rock aussi, rock alternatif et sur des musique minimalistes plus généralement, avec tout le travail d'épuration des sons et de répétition... Je sais pas si tu vois...

L'impression de s'être emballé, de commencer à sortir des termes bidons que personne ne cerne vraiment. Et du coup de n'avoir rien dit. Ça le fait taire rapidement, pour jouer avec le contenu de son assiette, absent, sans regarder vraiment. Il se mord la lèvre, ne sait pas s'il doit continuer. Se dit que non. Peut-être que si.

- Puis j'écris un peu aussi, parfois, des semblant de textes pour certaines musiques... Mais c'est pas très poussé non plus. J'ai pas un plume extra.

C'est une sorte de confession. Qu'il pose comme ça, comme si ça n'a pas d'importance. Mais ça lui permet de retourner à elle, à ce qu'elle fait, plutôt que de continuer trainer sur un sujet qui le met mal à l'aise, c'est à dire lui.

- Tu... Tu as déjà fini d'écrire certains de tes projets ? T'es plus sur quel style et quelles références ?

La fantasy c'est large, riche. Et ce n'est pas parce qu'elle aime ça qu'elle écrit que de ce genre aussi. Il est sincèrement curieux et intéressé, se demande si un jour il croisera un de ses livres dans la vitrine d'une librairie. En attendant, la bouffe n'est pas mauvaise et il vide un peu son assiette, tranquillement.




A Fleur de Cœur
« Il faut qu’on se noie encore une fois Dans les nuits fauves Et les grands soirs Qu’on récupère un peu d’espoir. » Fauve - 4000 Iles ©.bizzle
Voir le profil de l'utilisateur
Mails : 43
avatar
Mar 31 Juil - 19:06
Le pauvre Thomas a l’air intimidé, mais il se lance néanmoins dans une tentative de réponse. Raven s’enfonce sur sa chaise et l’écoute. De temps à autre, elle hoche la tête et se montre intéressée. Un intérêt qui est non feint, ce qui relève de l’exploit. Grand Dieu, elle aurait cru qu’il lui ferait un exposé sur la musique classique et ses talents de violoniste. Vraiment, elle devrait arrêter de juger les gens sur leur apparence. Elle s’agace elle-même et se sent stupide.

Thomas lui parle d’électro, de rock… et de d’autres termes qu’elle ne connaît pas, mais cela ne fait rien. Lorsque l’on parle de sa passion, on se lance toujours dans des effusions lyriques souvent incompréhensibles pour la plupart des mortels. Elle s’y reconnaît un peu.

- Je vois… ouais, un peu, fait-elle en piquant un morceau de poulet dans la salade qui trône désormais au centre de leur table. J’écoute un peu d’électro, principalement du rock… Mais je ne m’y connais pas des masses.

Raven est étonnée que le jeune homme ne s’arrête pas là. Il parle d’écriture et se dénigre complètement. Il pense avoir une pro en face de lui et minimalise ses créations. Ou peut-être même n’a-t-il pas besoin de ça pour reconnaître la valeur de ses écrits. Avec une rage soudaine, l’écrivaine transperce une rondelle de tomate et la mâchonne avec avidité.

- T’as pas une plume extra, n’importe quoi. Ce qui est extra, c’est que tu te sois décidé à écrire, déjà. Arrête de te martyriser. Continue, améliore-toi, et elle sera déjà un peu plus extra.

Il lui fait de la peine. Et pourtant… Ce n’est pas uniquement la pitié qui la pousse à lui faire des remontrances. Au fond, Raven se dit qu’elle peut se rendre utile. Elle ne s’y prend pas forcément de la bonne manière, mais cet idiot n’a qu’à lire entre les lignes !

- Je débute dans le métier. Je suis sur un projet, j’ai les grandes lignes, je fais encore des recherches. Je préfère écrire de l’heroic fantasy. Y’a que ça de vrai. La magie fait rêver les gens. J’aimerais les faire rêver… Avec ma plume extra, ajoute-t-elle avec un sourire narquois.

Elle s’arrête de parler et le dévisage un instant. Le gars a l’air paumé. Comme moi. C’est fou, comme les gens réagissent différemment face aux difficultés. Elle sait qu’elle est agressive, la tension qui l’anime en public ne peut redescendre. Sa peur des androïdes la maintient constamment en alerte. Lui, il a l’air d’être son contraire.

On vient reprendre leur assiette de salade – complètement vide – pour la remplacer par des cupcakes et des tranches de gâteaux aux fruits rouges. Raven adore ça. Que serait la vie, sans la douceur du sucre ? Et puis ses yeux verts observent à nouveau le corps maigre de Thomas. Ses joues creusées, ses yeux cernés, ses doigts osseux… La jeune écrivaine poussa l’assiette vers lui.

- Tiens, mange. Entre-nous, t’aurais bien besoin de prendre quelques kilos.
Mails : 50
Surnom : Tom, Tommy
Emploi/loisirs : SDF - Sans emploi
Portrait robot : • Parfois camé.
• Souvent paumé.
• Musique en tête, l'Esprit en miette.

Fredonne en #e00030
avatar
Dim 5 Aoû - 23:00
Nice to meet you
Les quelques mots font leur affaire. Il la voit réagir, acquiescer, et se sent mieux. Contact. L’intérêt ne semble pas feint, pas juste poli. Ça calme ses craintes, lui permet de reprendre pied, un peu. Elle répond, naturellement, et c'est à son tour de hocher la tête. De se reculer légèrement sur sa chaise pour s'adosser un peu plus confortablement. La musique est commune à trop de gens pour laisser indifférents. Sans s'y connaître forcement, on vit trop avec elle maintenant pour ne rien avoir à dire. Et qu'elle écoute plutôt du rock ne l'étonne en rien, sans trop vouloir juger sur les apparences.
Puis, il comprend rapidement qu'il a dit une boulette, sans savoir laquelle exactement. Il sait juste qu'il ne voudrait pas être la tomate qui vient de s'empaler sur la fourchette de Raven. Comme il a déjà fini son assiette, il laisse les couverts sur la table et ramène ses mains devant lui, pour triturer ses doigts, alors qu'il a l'impression de se faire engueuler comme un enfant.

- T’as pas une plume extra, n’importe quoi. Ce qui est extra, c’est que tu te sois décidé à écrire, déjà. Arrête de te martyriser. Continue, améliore-toi, et elle sera déjà un peu plus extra.

Ok, le ton n'est pas le plus agréable, mais la situation lui fait baisser la tête pour cacher un sourire amusé qui se forme bien trop rapidement. Oui, il se fait engueuler. Comme un gamin. Et ça le fait sourire, venant de la part d'une inconnue avec qui on a échangé que deux mots. Elle est d'un naturel et d'une franchise plaisante, bien qu'il ait tendance à s'écraser face à ce genre de caractère. Il n’empêche, cela fait du bien d'avoir quelqu'un en face qui ne prend pas de pincette. Et qui le secoue un peu. Il redresse la tête alors qu'elle change de sujet, répondant à sa question.

- Je débute dans le métier. Je suis sur un projet, j’ai les grandes lignes, je fais encore des recherches. Je préfère écrire de l’heroic fantasy. Y’a que ça de vrai. La magie fait rêver les gens. J’aimerais les faire rêver… Avec ma plume extra.

Il hoche encore la tête, se permet de piquer un léger fard alors qu'il sourit de nouveau face à la pique de fin. Ok ça marche, il a compris le message. Mais approuve surtout sa manière de voir les choses, ce pourquoi elle veut écrire.

- Moi aussi, c'est ce que j'essaye de faire avec la musique... Enfin, surtout de les faire oublier un peu. Mais au final on en revient au même.. je pense.

Puis y a du sucré. Il sait qu'il n'a pas encore beaucoup mangé, mais il n'a pas très faim. Pas l'habitude des grandes quantités non plus. Mais ça fait plaisir, la touche sucrée est toujours bienvenue.

- Tiens, mange. Entre-nous, t’aurais bien besoin de prendre quelques kilos.

La remarque le fait grimacer. Il a senti son regard sur lui quelques secondes avant et c'est dans ces moments là qu'il comprend vraiment qu'il ne fait pas illusion. Il n'aime pas faire pitié, sait surtout qu'il ne peut plus l'éviter. Pas quand c'est marqué autant sur son corps. Mais il aurait préféré qu'elle l'ignore, fasse semblant que tout aille bien. Il aurait pu prétendre au même. Qu'importe. Le voilà avec l'autre assiette devant lui.

- Oui... Pas faux.

Ça ne l’empêche pas de seulement grignoter sa part pour le moment, et de répondre à voix basse en oubliant les formules de remerciement. Pour relever les yeux vers Raven ensuite.

- Ça fait longtemps que j'ai pas lu quelque chose, d'habitude je pique les bouquins d'une pote chez qui je squatte mais là ça fait longtemps. T'en as des biens à me recommander ?... Comme ça je pourrais lui offrir aussi.

Le goût des fruits et les sujets abordés lui font parler un peu plus naturellement. Il trouve plus spontanément de quoi répondre. Mais ne mange au final que ce qu'il y a dans son assiette, espérant secrètement qu'elle n'insiste pas. Le repas étant loin d'être fini, il aura du mal à donner le change par la suite s'il doit manger autant. C'est tout de même malheureux de ne plus être habitué à tout ça.

- C'est un beau projet que t'as en tout cas. J'espère sincèrement que tu vas l'aboutir comme tu le souhaites.
 




A Fleur de Cœur
« Il faut qu’on se noie encore une fois Dans les nuits fauves Et les grands soirs Qu’on récupère un peu d’espoir. » Fauve - 4000 Iles ©.bizzle
Voir le profil de l'utilisateur
Mails : 43
avatar
Dim 12 Aoû - 14:59
- Qu’est-ce que tu veux dire par « on en revient au même » ?

Veut-il dire par là que c’est inutile ? En un sens, elle peut comprendre. Lire, écouter de la musique… Ce genre de hobbies fonctionne un temps, puis la réalité nous rattrape de plein fouet et n’en est que plus douloureuse. Pourtant, Raven est persuadée du caractère utile de ces passions : elles permettent de prendre du recul, d’envisager les choses différemment.

La jeune femme regarde Thomas manger ses morceaux de pâtisseries, petits bouts par petits bouts. Elle l’avait pensé affamé, mais peut-être s’est-elle simplement trompée ? Et puis, il y a aussi ces gens, peu habitués à manger à leur aise, dont l’estomac est incapable de supporter une trop grosse quantité de nourriture. Loiseau est peut-être l’un de ceux-là.

Raven est surprise de voir Thomas relancer la conversation. Il n’a pas l’air d’agir par simple politesse et elle hoche la tête, satisfaite. Elle n’aurait pas cru trouver un terrain d’entente avec le garçon, mais pourquoi pas ? Il en avait été de même avec Esha. Elle se cale un peu mieux sur sa chaise et fronce les sourcils, pensive. Tandis qu’elle réfléchit, elle joue avec une petite barre en argent percée au cartilage de son oreille gauche. Un tic qui revient souvent chez l’écrivain lorsqu’elle médite.

- Il y en a vraiment des tas, et parfois, les plus connus ne sont pas les meilleurs. Moi, je te conseillerai les séries de Jacqueline Carey. La première c’est Kushiel et c’est carrément brillant ! D’un côté francophone, t’as Olivier Gay qui a fait des trucs sympas… La main de l’empereur, notamment…

Elle laisse un petit suspens avant de reprendre :

- Ouais, vois déjà de ce côté-là. Kushiel, ce sont des briques, rigole-t-elle en coupant un morceau de gâteau aux fruits rouges.

Elle va pas le laisser là s’il ne veut pas en manger, faut pas déconner.

- Merci pour tes encouragements. Hé, quand tu verras mon nom sur une couverture, feuillette-le, sourit Raven en s’accoudant de nouveau à la table. J’ai pas l’habitude de ces speed dating là, on devrait pas parler d’autres trucs dans le temps imparti ? Genre, tu recherches quoi comme qualités chez quelqu’un ?, ce genre de trucs barbants.

La libraire n’est absolument pas intéressée par Thomas, mais elle aimerait l’entendre par simple curiosité. C’est débile, mais les potins, c’est toujours drôle à écouter. Tant que ça ne la concerne pas.
Contenu sponsorisé
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum

 :: Extérieur :: Events :: Speed dating
DATE 1 : Thomas et Raven

Sauter vers: