TEASING - Montréal, 2048.

Une foule anarchique et cosmopolite fourmille le long de la rue sainte Catherine. L’armada populaire est multicolore de peau tandis que les corps sont de chair, de métal, ou bien encore métis. Homme et androïde, chacun est différent mais tous sont identiques dans la masse, individus trop pressés, croisant l’autre sans même le regarder. C’est une tourbe de bras et de jambes. D’identités.
Certains sont riches. D’autres sont pauvres. Loin du manichéisme, ils manipulent, écrasent. Grondent, se révoltent. Se soumettent ou subissent. Ignorent et se contentent d’avancer. Ils vivent, se confrontent et se répondent car cette foule polymorphe, insaisissable, est l’essence même du mouvement.
C’est la danse des humanités.
De notre société.
Staff
Léandre Luissier - L'Archiviste
DC : Johann Keegan - Logan Duval
Fondateur & graphiste - Présent

Les figures de l'ombre
Nouveautés

▬ 06/18 :Lancement de Human Outside, pour les deux ans du forum ! C'est un grand remaniement qui n'attend plus que vous ♥
Prédéfinis

Cassandre | comme ce monde est faible et vide de sens [achevée]
 :: Personnages :: Identification :: Validés

Mails : 8
Double-compte : Aucun.
Surnom : Cass et autres dérivations et jeux de mots.
Emploi/loisirs : Coiffeuse en journée, qui prend des photos le reste du temps.
avatar
Sam 4 Aoû - 22:34


NOM : Waterkins.
PRENOM : Cassandre.
SURNOMS : Cass, Cass-tête, Cass-cou****, Cass-cou, Cassou, Cassy, fraise Tagada, petit rouge-gorge, petite rose, nez-de-clown…
GE : Vingt-deux ans.
METIER/OCCUPATION : On l’a assignée trois semaines plus tôt dans un salon de coiffure après deux mois de formation. Lui trouver un emploi aussi tôt n’était guère obligatoire, mais recommandé par son neuropsychologue afin de lui donner un train de vie et varier son entourage. Restait à trouver un employeur suffisamment clément pour comprendre et s’adapter à sa situation. De toute façon, elle se débrouille bien - et de mieux en mieux - et commence tout juste à travailler à plein temps.
En dehors de son petit boulot, Cassandre passe son temps à se balader et prendre des clichés d’un peu tout et n’importe quoi - la photographie est le seul hobby qui ait réussi à capter son attention jusqu’alors - ou à veiller sur l’amie quadrupède de son frère.
NATIONALITE : Canadienne.

Réfractaire.

Fenêtre et miroir

« 1m65. 50kg.
Endurante, agile, peu de force physique.
Aucune allergie ou maladie.
Antécédent bactérien ? Viral ?
Handicap : amnésie suite à une tentative de suicide.
»

Que penser ? Ce ridicule morceau de papier est une flamme dont j’accepte désespérément les brûlures. Comme si finir en cendres effacerait toutes les erreurs que j’ai commises, mélangeant leurs résidus à mes entrailles incendiées. Et je me retrouve là, chaque nuit, à lire et relire ces notes dans l’espoir qu’un détail m’ait échappé. Il fallait peut-être lire entre les lignes, deviner un futur évincé...
Replié en quatre, le bout de papier regagne l’obscurité de son tiroir.

La nuit balaie les morts, la fraîcheur couvre les remords ; l’activité de l’extérieur, étouffée par l’heure, gonfle paresseusement à l’approche du lever de soleil.
Encore une fois, le sommeil a cédé à l’inquiétude de voir Cassandre me rejoindre, une peluche dans les bras, pour me dire quelque chose que je ne voudrais pas entendre. Mais il n’en est rien. La maison est calmement ensommeillée dans son berceau de pénombre et de silence parfois contrasté d’un lointain chahut.
Cette gamine est de plus en plus imprévisible avec ses questions, c’en est parfois éreintant. Mais je l’aime, ma Cassandre. Le temps que je passe à ses côtés devient la gaine de notre lien, malgré tout le boulot psychologique et mental qu’elle m’impose depuis son accident.
Elle apprend vite, comprend vite. C’est une amnésique plutôt agréable à aider... Obéissante, si la tâche qui lui est assignée est expliquée ; prudente, bien qu’encore en manque d'initiatives... Le creux qu’il y a en elle devient un manque d’informations qui peut parfois la rendre naïve… voire maladroitement innocente.
L’assimilation est toutefois plus rapide qu’on ne le pensait. Depuis qu’elle a vu un enfant embrasser ses parents pour leur dire au revoir, elle en fait de même avec moi. Idem pour les câlins, les bisous, les gestes de la main. Elle capte, elle recapte. Les mots lui paraissent encore vides de sens ou difficiles à manier par moment, alors elle les oublie et se contente de langage corporel. « C’est plus efficace, » dit-elle souvent.
Constater son progrès est encourageant. Je ne cesse de le lui dire, puisque cela ne m’est pas déconseillé par son neuropsy. Il faut qu’elle me parle, qu’elle me dise quoi que ce soit qui semble important.
Il en arrive parfois qu’elle rentre, toute en sueur d’avoir couru, pour me dire « J’ai compris un mot, aujourd’hui ». Elle et ses épaules étroites écrasées par l’embrasure de la porte tant elle me paraît encore fragile. C’est tout simplement la vision d’une mère, je suppose. Elle est en réalité en bonne forme physique. Des muscles entretenus, une taille fine, des hanches plutôt larges qui l’obligent à prendre des pantalons plus grands que nécessaires qu’il faudra ensuite boucler avec une ceinture… un bonnet de 90B… et des mains si petites qu’elle a besoin de gants XS… tout cela enveloppé de vêtements choisis à l’arrache si je ne passe pas derrière elle !
Enfin… Ce n’est pas plus mal qu’elle se soucie peu du style vestimentaire… ça lui fait une raison de plus pour passer du temps avec son artiste de frère et me laisser tranquille.
Quant à moi… ah... je devrais songer à me reposer.

Tout ça en valait la peine, n’est-ce pas ?..

Informations en vrac

Il arrive rarement de l’apercevoir sans sa sacoche, dans laquelle sont soigneusement rangés des serviettes hygiéniques, plus visiblement un crayon à papier, une bobine de scotch, son téléphone portable, le câble chargeur allant avec, une batterie externe, un roman de fantaisie, ses écouteurs et un carnet. Elle retranscrit dans ce dernier des messages qu’elle aurait adressées aux personnes qu’elle croise, inconnues comme connaissances qu’elle n’a pas su aborder.

Son fidèle compagnon, Rivage, l’accompagne souvent lors de ses vadrouilles. Imposant Maine Coon gris légèrement zébré de blanc, aux yeux d’un bleu clair et hivernal ; une robe chique, une démarche assurée, mais joueur et câlin. Le genre de chat maladroit dont l’excitation enfantine est prise pour une menace et le jet de patte, comme une provocation - alors qu’il n’en est rien.
Il semble que Cassandre cherche à multiplier leurs points communs, depuis qu’elle a croisé son regard du même ton que le sien ; elle a trouvé en accessoire des oreilles de chats s’apparentant à ceux de Rivage et, quand elle le porte, elle y assortit ses vêtements.

Autre chose, elle utilise beaucoup Molang Rabbit en communication virtuelle depuis que Demetri lui a offert une peluche du personnage déguisé en abeille - que l’on retrouve d’ailleurs tout le temps dans ses bras la nuit.

Externe
On ne lui parle pas de son passé, et encore moins des raisons qui l'avaient conduite à vouloir se tuer. On essaie même de lui cacher sa tentative de suicide - bien qu’elle en ait très brièvement entendu parler à son réveil.
Cassandre demandait souvent pourquoi jusqu’à ce que son neuropsychologue réponde à une autre question implicitement posée : « Quand tu seras prête. »
Cela lui a apparemment suffi.
Mais sous son apparent silence se cachent souvent des questionnements houleux. Une si ample curiosité qu’elle amuse parfois ceux qui la côtoient suffisamment pour y être habitué.
D’autres, beaucoup moins. Et peut-être est-ce la raison pour laquelle elle discute plus facilement avec les androïdes, bien que certaines questions leur échappent. S’il peut émaner une quelconque méchanceté de leurs corps synthétiques, elle saura au moins que ce ne sera pas volontaire.

Avis sur les "faits" de société

Quel est votre regard vis à vis de la société et des humains?
Cassandre n’est pas encore suffisamment remise pour s’attarder sur cette question. Au-delà des consignes de sécurité, comme regarder avant de traverser, elle ne prête pas vraiment attention à ce qui l’entoure ; il y a souvent besoin de la héler plusieurs fois pour qu’elle se rende compte qu’on l’interpelle, par exemple. On a tendance à la penser maladroite plutôt qu’évasive et peu intéressée. Il n’en est pas forcément agréable de trouver la patience de lui parler - sans compter qu’avec son incontrôlable côté « rentre-dedans », patience doit se mêler à indulgence. Camille a déjà reçu chez un elle un inconnu venu se plaindre de sa fille, qui lui avait littéralement sauté dessus de nulle part parce que son chat en avait fait de même… prétextant qu’elle en avait tout autant le droit que le matou, jusqu’à preuve du contraire.

Que pensez-vous de la question des Androïdes ? Considérez-vous plutôt pour, contre ou neutre ? Croyez-vous à la légende urbaine des androïdes doués de conscience? Si oui, pourquoi?  
Si un mot pouvait la traverser lorsqu’elle pense aux androïdes, ce serait « détruire ». Ce sont des choses inutiles, malgré toutes les raisons qu’on puisse donner à leur illusoire importance - ce n’est pas pour autant qu’elle les hait. Cassandre ne comprend juste pas pourquoi l’Homme cherche à tarir son activité grâce à la machine, à se rendre lui-même futile.
Et, par-dessus, elle ne comprend pas pourquoi il cherche à créer des choses capables de vivre en leur évitant conscience, passé et accroche ; des choses dans la même situation qu’elle. Des « entités tristes », comme le dirait Maman. Depuis son éveil, elle a tendance à s’identifier à eux - aussi vide l’un que l’autre. A se mettre à leur place. A se demander s’ils accepteraient cette situation, s’ils le pouvaient. A ce qu’ils feraient, s’ils refusaient ; se battre ou disparaître ? A se demander si, elle aussi, était une « entité triste », d’une certaine façon.
Si elle souhaitait, elle aussi, se battre ou disparaître, dans la mesure où elle pouvait souhaiter quelque chose.
Peut-être chercheraient-ils, tout comme elle, une façon de se libérer de quelque chose que rien ni personne ne perçoit.
Mais ils ne peuvent pas prendre de décisions. Quelqu'un doit le faire à leur place.
Et, jusqu'aujourd'hui, elle n'a trouvé aucun moyen de les aider sans passer par l'anéantissement... mais ce rôle, ce n'est pas le sien. Pas pour l'instant.
Alors, oui, si un mot pouvait lui apparaître lorsqu'elle pense aux androïdes, ce serait effectivement détruire.
C’est bien en évitant d’exister qu’on évite de souffrir.


Gouffre

« Un bébé… et si ça fonctionnait ? »



Ses cils serrés frémissent dans l’imperceptible mouvement de ses paupières lourdes. De petits balayements d’indécision alors qu’il n’y a aucun choix à sa portée. Rien ne lui est compréhensible, pas même l’angoisse produite par l’incompréhension. Elle reste là, elle attend quelque chose à son insu, oppressée par l’inconnu.



« Madame ? »



« Elle se réveille. »



« Chérie ? C’est maman. »



Mais la perception ne lui reste pas éteinte. Des bribes d’un savoir qu’elle n’attendait pas lui reviennent.
En voilà un mot : penser.



« Elle ouvre les yeux. »



Ses perles de saphir restent immobiles, reflétant l’image du tableau en face d’elle. Des formes sur de l’uniforme. Du mobile sur de l’immobile. Les mouvements et les sons se multiplient, mais elle n’essaie pas de comprendre, ou ne serait-ce de les capter.



« Cassandre ? Cass… Tu n’arrives pas à parler ? Regarde-moi, maman est là, juste là… Dieu, pourquoi agit-elle ainsi ?... »



Encore des mouvements. Une tâche assombrit l’extrémité gauche du tableau en même temps qu’elle se sent elle-même bouger. Ou, plutôt, en même temps qu’elle sent que quelque chose fait bouger une partie d’elle. Sa joue. Sa joue est pressée.
Les choses lui reviennent encore. Elle comprend qu’elle possède le sens du toucher et des mots qu’elle utilise jusque-là pour décrire. Des mots dont elle ne connaît pas la provenance.
Et ses pensées défilent. L’incompréhension la rattrape. Le vide lui paraît trop incohérent.
Ses sourcils se froncent alors qu’elle prononce : « Pourquoi ? » Le seul mot qui porte un réel sens.
Pourquoi tout bouge, tout chahute ? Pourquoi la touche-t-on ? Pourquoi est-elle là ? Pourquoi se demande-elle pourquoi ?
Puis, silence.



« Amnésique. Je le crains. »



« Qu’est-ce que cela change ? Cass a voulu se tuer. Et, d’une certaine façon, elle a réussi. On l’a certes sauvée, mais… cette personne... me regarde comme si j’étais une étrangère… »



« Elle retrouvera peut-être la mémoire. Patience, madame. Et courage. »



On lui montre comment se mouvoir en utilisant sa volonté et ses muscles, jusqu’à ce que cela lui paraisse naturel. Puis, comme un mécanisme enclenché, tout autre mouvement lui revient. Marcher, courir, sauter. Pointer du doigt, frapper, pivoter.



« Elle redécouvre son corps. Elle progresse vite, et bien. »



« Vous parle-t-elle de bribes de souvenirs ? »



Cassandre penche la tête, imitant le chaton qu’on lui a offert. L’animal porte la même couleur des yeux que l’étrangère du miroir.



« Non. »



Elle comprend que l’étrangère, c’est elle. Que ce chaton lui ressemble.



« Elle a parlé, aujourd’hui. En découvrant les androïdes. Elle m’a demandé pourquoi nous les avons fabriqués. En quoi ils sont différents de nous. Et, quand je lui ai tout expliqué, elle m’a demandé pourquoi, nous autres humains, ne serions-nous pas des “serviteurs” comme eux. Alors, je lui ai dit que notre conscience ne nous permettait pas de servir ce que nous fabriquons. Parce qu’une conscience nous permet d’accepter ou de refuser, et j’en-passe… nous avons passé trois heures ainsi. »



Le monde lui paraît vide. Ou, plutôt, trop rempli d’une ancienne vie qu’on ne cesse vaguement d’évoquer, sous la précise demande du neuropsychologue qui exige que le moindre souvenir raconté doit venir d’elle. Alors on se contente de lui rappeler qu’elle existe depuis plusieurs années. Les détails et les anecdotes manquent, dans l’espoir de lui donner ainsi l’envie de retrouver ce qu’elle a perdu…



« Mauvaise idée. Il va commettre une erreur. »



« Ne lui racontez rien. Contentez-vous de solliciter sa mémoire. »



Mais la Cassandre qui la désigne laisse une sonorité indiscernable. C’est une inconnue prisonnière d’un ailleurs qu’elle ne cherche pas encore.



« Elle a compris que notre domestique est un androïde. »



« Et comment a-t-elle réagi ? »



Puis elle rencontre son grand-frère. Sa maman lui explique que même avant son accident, elle n’avait jamais vu Demetri. Que c’était un enfant qu’elle avait laissé derrière elle, par faute de moyens. Mais que c’était une personne qui, peut-être, saurait mieux la soutenir.
Le chat dans ses bras, Cassandre les observe alors, lui et ses boucles brunes, lui et ses yeux d’un gris luisant. Elle perçoit l’étirement de ses lèvres et la chaleur de son regard. Et, contre toute attente, elle lui rend son sourire.



« Elle m’a dit : c’est injuste. »



« Elle commence à retrouver quelques notions ? Pas mal. »



« Elle ne cesse de poser des questions… Comme un enfant. »



« Et sa relation avec l’aîné ? »



« Elle semble attendre tous les jours de pouvoir lui rendre visite. Une heure précise. Et hop, elle se lève, prend ses affaires et file. »



« Et les androïdes ? Qu’en est-il ? »



« Elle les adore, je pense ? Son comportement s’apparente à une enfant qui aime ses nounous. Mais je ne suis pas sûre de ce qu’elle pense réellement… Elle dit qu’ils lui ressemblent. Vides et dénués de sens. Et qu’elle aimerait les délivrer autant qu’elle souhaite elle-même être... sauvée, en quelques sortes ?… Ah, je n’en peux plus, je ne sais même plus comment réagir… Heureusement que Demetri est là. »



« C’est vrai, Cassandre ? Tu adores les androïdes ? »



Elle foule le seuil du salon de coiffure, n’apportant aucune attention aux regards emplis de compassion qui se sont posés sur elle.
Six mois se sont écoulés depuis son réveil.



« Je ne sais pas. »



Elle suit sa routine. Lever, manger, boulot, manger, boulot, balade, Demetri, maison, manger, dormir. En se demandant parfois ce qu’elle fait là.



« Quelqu’un finira par se douter qu’un mystère plane au-dessus d’elle. »



Une question qui l’amène à vouloir connaître le passé de Cassandre, par moment. Plus pour obtenir des réponses qu’accorder de l’importance à ce qu’elle aurait vécu.



« … Si ce n’est pas elle-même… »



« Le monde n’est pas encore prêt. Si qui que ce soit venait à le découvrir… nous prendrons les mesures nécessaires. »

omniscience


PSEUDO : Doudouille.
AGE : Dix-sept ans.
OÙ AS-TU CONNU EXANTROP ? Demetri a été le guide. ~
AVATAR : OC – chaosringen.
UN PETIT MOT ? Forum… contexte… magnificence… inspiration…
J'AUTORISE UNE INTERVENTION SAUVAGE DU PLAISANTIN ? Ouiiiiiii !

Mails : 66
Surnom : Tom, Tommy
Emploi/loisirs : SDF - Sans emploi
Portrait robot : • Parfois camé.
• Souvent paumé.
• Musique en tête, l'Esprit en miette.

Fredonne en #e00030
avatar
Dim 5 Aoû - 22:32
Hey Bonjourr!

Bienvenue officiellement ici !
Ta fiche est agréable à lire, j'ai tout dévoré. Et Cassy est choupette, je veux trop savoir tout ce qui lui est arrivé, il y a trop de mystère et en même temps la pauvre *calin*

Re bienvenue en tout cas, je te souhaite bon courage pour ta validation et amuse toi bien parmis nous ♥️




A Fleur de Cœur
« Il faut qu’on se noie encore une fois Dans les nuits fauves Et les grands soirs Qu’on récupère un peu d’espoir. » Fauve - 4000 Iles ©.bizzle
Voir le profil de l'utilisateur
Mails : 8
Double-compte : Aucun.
Surnom : Cass et autres dérivations et jeux de mots.
Emploi/loisirs : Coiffeuse en journée, qui prend des photos le reste du temps.
avatar
Dim 5 Aoû - 23:28
Yoplé. ❤️

Merci pour les compliments, c’est flattant et je suis très content que la fiche t’ait plu (malgré toute la simplicité que j’ai pu y mettre et la peur de la bâcler...). ❤️ Tout simplement faire n’est pas une mauvaise chose, mais bien faire doit trouver son intérêt quand on peut se contenter du nécessaire - et, pour ma part, il s’agit de mettre du travail pour se rapprocher de futurs amis. ~ C’est certainement pourquoi je suis aussi touché quand on aime ce que je fais et qu’on me laisse le savoir - ce qui ne se limite pas à l’écriture. :B C’est une joie que je souhaite partager sans trop savoir comment, alors j’en parle bêtement.
Un « donc » n’est pas approprié car il ne s’agit pas d’une raison à cela, mais je suis allé voir un peu plus en détails ce petit Thomas (en privilégié, je compte bien me farcir toutes les fiches à disposition 8D ) et je le trouve fortement... particulièrement... attachant... *^*

En tout cas merci encore pour ce petit message. Sur quoi je te souhaite une bonne nuit (et un repos suffisant !) :3
Mails : 565
avatar
Jeu 9 Aoû - 18:16
Validation

Cassssoullletttt !!! ♥️
J’ai enfin pu lire ta fiche et j’ai le plaisir de te dire que tu es validée !
Cassandre est un personnage sincérement intéressant, un peu surréaliste sur certains aspects mais on a vu les détails de son passé par mp et la "cohérence-nazi" que je suis est bien entendu ok avec tout. :)
Par ailleurs, pour la minute compliment, tu as une plume très jolie et « mature » pour ton âge, c’est impressionnant ! (je suis dans ma jalousie 8'D) On voit que tu t’es bien donné et c’est réussi !
Beaucoup de choses passionnantes et de concept à jouer pour l’avenir que ça soit avec Dem ou non !
N'hésite pas à m'embéter quand tu veux si, comme Cass' tu as des questions pour l'évolution de ton perso!

Sur ce, file petite demoiselle chat !


Voilà ! Maintenant tu es validé(e) ! Ton avatar et ton métier ont été ajouté automatiquement aux listes de référencement.

▬ Dans les plus bref délais ton dossier personnel sera créé ICI et tu pourras en faire ce que tu veux (explications).
▬ Si tu n'es pas SDF tu peux aller faire ta demande de logement.
▬ Et comme un androïde a normalement un propriétaire tu peux aller faire un tour sur ce sujet pour te trouver un propriétaire ou un androïde si tu es humain.
▬ Tu peux bien évidemment faire des demandes de RP, vérifie juste les demandes précédentes au cas où il y aurait compatibilité des demandes !
▬ Pour encourager les membres à s'impliquer dans le développement du forum, la partie secréte où sont gérés les events et les intrigues à venir t'est ouverte -selon ta volonté-. Tu peux ainsi donner ton avis, enrichir les idées ou juste regarder. Il suffit d'en faire la demande par MP à Léandre.
▬ Vous pouvez aussi participer aux différents petits jeux et événement hors IRL dans la partie Animation et gagner des dollars pour avoir des lots!
Contenu sponsorisé
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum

 :: Personnages :: Identification :: Validés
Cassandre | comme ce monde est faible et vide de sens [achevée]

Sauter vers: