TEASING - Montréal, 2048.

Une foule anarchique et cosmopolite fourmille le long de la rue sainte Catherine. L’armada populaire est multicolore de peau tandis que les corps sont de chair, de métal, ou bien encore métis. Homme et androïde, chacun est différent mais tous sont identiques dans la masse, individus trop pressés, croisant l’autre sans même le regarder. C’est une tourbe de bras et de jambes. D’identités.
Certains sont riches. D’autres sont pauvres. Loin du manichéisme, ils manipulent, écrasent. Grondent, se révoltent. Se soumettent ou subissent. Ignorent et se contentent d’avancer. Ils vivent, se confrontent et se répondent car cette foule polymorphe, insaisissable, est l’essence même du mouvement.
C’est la danse des humanités.
De notre société.
Staff
Léandre Luissier - L'Archiviste
DC : Johann Keegan - Logan Duval
Fondateur & graphiste - Présent

Les figures de l'ombre
Nouveautés

▬ 06/18 :Lancement de Human Outside, pour les deux ans du forum ! C'est un grand remaniement qui n'attend plus que vous ♥
Prédéfinis

Relax [Swann]
 :: Montréal :: Ville industrielle :: Zone industrielle

Mails : 66
Double-compte : //
Surnom : Eli'
Age du Montréalais : 32
Portrait robot :


°Carte d'Identité° °#3399ff°
avatar
Dim 16 Sep - 13:43

ft.  Swann

“The difference between sex and love is that sex relieves tension and love causes it.”

Relax


L’homme était mal à l’aise. C’était peu dire. Le fait de recevoir cette invitation pour pouvoir passer une nuit avec Swann, c’était le nom de cet androïde prostitué, était pour le moins… Intéressante. Intéressante ? Elijah ne savait pas trop quoi en penser et il fixa Marie avec des yeux absents.

Ca ne te plaît pas ? J’ai pensé que tu serais plus à l’aise. Ça fait combien de temps depuis Lucas déjà ? Sept ans ? Tu vas pas rester comme ça toute ta vie Eli.

Juste le nom avait le don de lui faire perdre pied avec la réalité, et son regard tenta désespérément de s’ancrer sur ce qui se trouvait autour. Marie lui posa une main sur l’épaule, se voulant rassurante et plus positive, elle savait que son nom avait quelque chose de particulier, malgré toutes ces années.

Pense à toi, ça fait dix ans que t’es dans la job on n’aime pas avoir des employés trop frustrés ici !

Ses yeux se levèrent au ciel. Ce n’était très certainement pas en tant que RH que la jeune femme se permettait de donner ce genre de chose. Elle aimait bien offrir aux autres employés des petits cadeaux pour aider, détendre l’atmosphère et garder le moral haut, mais ce n’était vraiment pas le genre de cadeau qu’Elijah pensait recevoir pour ses dix ans dans la compagnie. Il se demandait comment cela apparaitrait dans les comptes de la société.

Te stresse pas, j’ai tout prévu, personne saura. Fait attention avec la boisson, c’est demain à 20h.

_____

Donc il y donna sa chance. Après tout ce serait gâcher beaucoup d’argent de ne pas y aller, et Marie avait compté sur cette culpabilité, certainement, pour le lui faire y aller. Le sexe avec un androïde était hors de question, chez lui, mais peut-être qu’il pouvait trouver un moyen de se détendre à l’aide de massages, ou simplement discuter. C’était ce qu’il espérait en tout cas. Il s’était habillé de façon sobre, avec une chemise blanche, et un chino brun sombre. Son binder ne se voyait pas derrière le tissu, mais cela lui donnait chaud quand il sortait dehors pour marcher un peu. Il espérait pouvoir prendre une douche une fois dans la chambre.

Il avait pris le subway jusqu’à la zone industrielle avec la boule au ventre et une difficulté notable à respirer. L’angoisse de se retrouver dans ce genre d’endroit. Personne ne disait rien là-bas, ce n’était pas le problème, c’était surtout toutes ces questions de sexe et de ce qu’il était censé y faire. Marie ne le forcerait jamais, elle voulait simplement qu’il prenne un peu de temps pour lui. Une soirée pour lui, pour une fois, pour son bien-être, qui ne se finirait pas la tête sur le rebord du comptoir à 2h du matin et un goût amer de vomi. La job et l’alcool, ses deux buts dans sa vie. Avec le recul il savait que ce n’était pas sain, mais quand il ne le faisait pas il repensait à ces évènements…

Elijah se retrouvait donc dans cet endroit aux lumières tamisées, à 20h précise sur son phone. Afin de se détendre dans la salle principale, en attendant qu’il soit habilité à rentrer dans la luxueuse chambre de l’androïde, l’homme prit quelques verres de vin. Cela changeait du goût fort de la vodka et de la tequila, cela rendait lent et moins tremblant avec plus de goût. Agréable donc, ce petit goût fruité âpre et la couleur bordeaux, comme du sang. Comme Lucas par terre et son bras ensanglanté il…

Dans la chambre à 20h30 sur son phone, plus relax, plus lent. C’était une suite, avec un dressing, une salle de bain. Tout ce qui était nécessaire pour mettre les clients bien à l’aise, mais cela avait l’effet opposé pour Elijah. Il fixa quelques secondes l’androïde, un très bel homme, non, androïde, aux caractéristiques presque féminines mais juste assez pour être parfaitement androgyne. Manufacturé si bien qu’on en oubliait facilement sa condition non-humaine. Son cœur battait plus rapidement, cela faisait sept ans qu’il ne s’était pas retrouvé dans la même chambre qu’un homme, seul à seul, attirant. Mais ce n’était pas un homme et il n’était pas certain de l’éthique de tout ceci. Les androïdes ne pouvaient rien ressentir, mais certains pouvaient, il le savait, il n'y avait aucun moyen de savoir qui. Elijah se disciplina en fixant les panneaux lumineux au-dessus d’eux.

Bonsoir, Swann ? J’ai besoin de prendre une douche avant d'aller sur le lit. Marie doit t’avoir prévenu je ne suis pas très à l’aise avec… Enfin je préférerai que ce soit tranquille, ce soir, si tu vois ce que je veux dire.

Marie avait dû laisser une petite liste d’instruction, la connaissant, comme le fait de ne pas le laisser trop boire, de lui laisser de l’espace, d’aller lentement, d’où le fait de prendre toute la nuit. Elijah se consolait en étant content de pouvoir offrir, même si c’était étrange puisque l’androïde était très certainement juste un androïde, une nuit plus calme. C’était ses dix ans dans la compagnie, il avait le droit de prendre soin de lui, même si l’homme avait du mal à comprendre ce que cela signifiait réellement.

Enfin je veux dire que le sexe n’est pas vraiment sur la table, je suppose que les massages sont possibles… Tu sais faire ça ? Je sais pas vraiment ce que je veux à vrai dire. J’ai pas lu beaucoup de choses sur ce que tu savais ou non faire, je connais pas vraiment ton modèle. J’aimerai que tu te présentes.



Merci !:
 
Voir le profil de l'utilisateur
Mails : 10
Double-compte : Non
Surnom : Swannie
Emploi/loisirs : Prostitué " luxury" dans une maison close
Portrait robot : > Androïde éveillé
> Encore aux préambules de sa nouvelle existence
> Un sombre accident marque le début de son existence propre sur le forum
> Androïde sexuel aux pièces interchangeables ( Pas mal de créativité possible, de la petite sirène aux ... non on va pas détailler )
avatar
Dim 16 Sep - 17:26
Ce n’est pas juste.
Ce n’est pas juste. 
Ce n’est pas juste.

L’androïde referma doucement ses mains sur le cuir de sa tenue et resta immobile. Pourquoi cette phrase lui revenait-elle sans cesse en tête. Ce n’est pas juste. Qu’est ce qui l’était ? Les humains avaient ce système, ces lois, qui définissaient la société dans laquelle ils évoluaient. Et lui était une propriété. Numéroté, manufacturé, déclaré, enregistré, domicilié.

La créature Céleste regarda de nouveau la pièce dans laquelle il avait toujours évolué.  La dernière fois, il avait ... vu un vieux bureau . En rotin. Un bois sombre et vernis. Pourquoi ? Il ne savait pas. Il ne savait plus même quand. Un vieux meuble, et une odeur de cuir. La vision s’en était allée et l’androïde l’avait oubliée comme un bug aléatoire. Pourtant, il ne l’avait pas reporté.

Swann commença à se déshabiller et posa soigneusement ses vêtements sur le côté, se dirigeant vers la salle de bains. Les désinfectants l’attendaient avec quelques linges. Il fallait nettoyer les traces de son précédant client . Se préparer pour le suivant. Silencieux, il récura avec attention chaque infime partie de son corps couvert de latex. Etrangement, quelque chose le fit se sentir mieux après. Propre. Propreté était synonyme de … bien ?

Venait-il d’associer deux choses par lui même? Non. Probablement pas. Peut être que son code avait été modifié durant sa remise en forme, après l’électrocution. Oui. Cela ne pouvait être qu’ainsi. Il rangea les linges dans le compartiment adapté, passa un bref coup de propre dans la salle de bains marbrée et se posa devant le miroir.

Que voudrait son prochain client ? Il avait eu une liste laissée par une femme. Une liste avec des points sur sa personnalité. Ce qu’il aimerait. N’aimerait probablement pas. Le sexe était probablement hors de la partie pour ce rendez-vous - et le client le confirma un peu plus tard- .

Il serait donc… Son programme cherchait. Oui. Il serait un petit ami. Début de relation. Quelqu’un de simple. De rassurant pour un humain. Ses doigts fins se posèrent sur son visage aux infimes imperfections. D’où venait-elles ?

Céleste.

Quoi ? Il tapota encore sa peau du bout de la pulpe de ses doigts et finit par attacher ses cheveux en chignon déstructure. Quelques mèches blondes s’en échappaient, retombant devant ses yeux trop bleus. Il recula finalement lentement et se dirigea vers son dressing. Il analysa rapidement l’éventail de tenues et se prononça pour un simple jean slim et une chemise en lin blanche. Le jean fut retroussé aux chevilles et il compléta sa tenue par une paire de chaussons d’intérieur blancs.

Il allait arriver. Bientôt 20h30. L’androïde leva les yeux vers le plafond et se connecta par bluetooth afin installer une ambiance de ciel nocturne sous les arbres, les branches décorées de guirlandes multicolores. Enfin, il se dirigea vers le bar et sortit une bouteille d’un rosé particulièrement léger. Pas trop d’alcool.

Son client entra au moment où il débouchait la bouteille, l’androïde se tournant vers lui avec un sourire doux, de circonstances.

«  Je t’en prie, entre. » Il le tutoie. Ses calculs rapides ont prédit une relation plus détendue, une situation moins gênante pour son client timide et sur la réserve. Swann peut le lire dans son langage corporel. Il a transpiré, sent déjà l’alcool, et est probablement arrivé en avance. Il veut de cette soirée, mais l’appréhende. Et surtout, il a besoin d’informations pour pouvoir trouver ses marques dans cet environnement qui ne lui est ni familier ni agréable.

Il se connecta, une musique paisible et sans paroles se lance. Quelque chose qui ressemblait à de la bossa nova alors que l’androïde approchait d’Elijah pour réclamer sa veste d’un geste, posant un verre rempli de glaçons et d’un peu de rosé dans sa main. Il prit les devants. Le client n’allait pas le faire de lui même.

«  Je suis un androïde de type 4. J’ai été racheté par mon actuel propriétaire pour travailler ici. Je peux satisfaire tous les désirs, en vérité, je suis le compagnon idéal pour une aventure. Je peux être aussi tendre que l’inverse. Mon corps est modulable. La femme qui a acheté ce moment pour toi m’a précisé que tu préfèrerais que je sois un homme. J’espère qu’elle ne s’est pas trompée. Et oui, tu pourras utiliser la salle de bains, je t'en prie. » il marqua une pause un bref instant « Tu peux me demander ce que tu voudras cette nuit, massages inclus. Je serais à ton service. Pour ce qui est de mon physique ,si tu te poses des questions, je suis un modèle unique et fait sur mesure. Voudrais tu enregistrer un nom spécifique pour cette nuit ? Je t’écoute. » il lui sourit, attendant sagement qu’Elijah ne s’exprime.
Mails : 66
Double-compte : //
Surnom : Eli'
Age du Montréalais : 32
Portrait robot :


°Carte d'Identité° °#3399ff°
avatar
Dim 16 Sep - 18:21

ft.  Swann

“The difference between sex and love is that sex relieves tension and love causes it.”

Relax


La musique était un bon ajout, et Elijah devait avouer que ce qui avait été décidé pour les panneaux lui convenait beaucoup aussi. C’était… Etrange. De se faire chouchouter comme cela. Il le laissa débarrasser de sa veste et regarda le petit verre de rosée, tenté. La couleur rose rendait le tout plus délicieux et il pouvait d’ici sentir l’odeur alcoolisé. L’homme dû se concentrer sur la voix, très agréable aussi, de l’androïde. C’était malaisant de se retrouver avec quelqu’un comme lui, capable de tout faire pour satisfaire ses clients. Il n’avait aucune envie de lui faire se passer pour quelqu’un d’autre. Il y avait pensé, brièvement, à l’appeler Lucas, mais cela ne ferait que rouvrir une profonde blessure qui n’était même pas encore cicatrisée. Qui ne cicatriserait pas.

Swann ce sera très bien, merci pour tes informations. Prépare la salle de bain s’il te plaît. Je veux une odeur de forêt dans le bain, pour aller avec les panneaux, si tu as.

Sa main se dirigea finalement vers son petit verre de rosée qui le suppliait de le boire. C’était peut-être un peu exagéré. L’ambiance générale arrivait presque à le mettre à l’aise. Il attendit que Swann s’occupe de remplir la baignoire, en faisant le tour de la suite d’un air égaré. Elijah posa une main sur le matelas doucement pour en juger la souplesse, et caressa le baldaquin distraitement. Cela lui rappelait un peu son enfance, mais il n’essaya pas de retourner à ces années-là. Il avait toujours, dans son autre main, son verre de rosée, qu’il buvait en fixant à présent les panneaux sur le plafond. Ce devait être vraiment relaxant de s’y retrouver en-dessous, comme un camping en forêt dans une tente.

Il se retrouva dans la salle de bain, à se déshabiller. Son verre avait disparu de ses mains. Les androïdes étaient agréables car ils ne réagissaient pas aux corps, et l’homme pouvait se déshabiller sans problème et sans gêne. Afin d’éviter de mouiller son bras droit factice, sa prothèse robotique qu’il avait perdu lors de l’attentat, l’homme la défit patiemment. Peu de gens avaient l’occasion de savoir qu’il s’agissait d’une prothèse, car Elijah avait pris ce qui passait le plus pour un bras normal, ce qui ressemblait le plus à un bras humain, et il le faisait ajuster tous les ans. Il n’aimait pas le tremper dans l’eau quand bien même cela ne risquait rien.

Juste parce que cela lui permettait de se préoccuper d’une chose en moins. Cela lui faisait mal de détacher et rattacher sa prothèse, mais moins qu’au début. Un bras en moins, nu, une main contre son torse, plus pour lui-même que pour l’androïde, Elijah attendit patiemment que Swann s’occupe de remplir la baignoire correctement. Il y rentra lentement, un peu maladroitement à cause de l’alcool. Il évita soigneusement de regarder dans la glace ce qu’il possédait ou ne possédait pas, à des endroits clefs de son corps. La chaleur de l’eau lui fit un bien fou, un léger soupir lui échappa des lèvres tandis qu’il se laissait respirer profondément.

Peut-être que Marie avait raison.

Swann ? Frotte-moi le dos s’il te plaît.

L’homme redressa son corps et ramena ses genoux à son torse, présentant son dos à l’Androïde. Il ne savait pas jusqu’où il pouvait lui demander des choses, avant que cela ne soit plus éthique. Elijah se mordit les lèvres et ne put s’empêcher d’ajouter quelques mots.

Si tu n’as pas envie de faire quelque chose, dis le moi, et je ne te le ferais pas faire.

Un androïde basique n’aurait pas conscience d’avoir des envies, ou de ne pas avoir envie, mais Elijah ne pouvait pas s’empêcher de penser à tous ceux qui pouvaient effectivement, comme Neru avait pu le faire à l’époque. Enfin, il pensait. Peut-être que ce n’avait été que son imagination, un espoir fou, de voir des androïdes agir comme des humains. Elijah n’en avait plus jamais vu après lui. Dans tous les cas, il préférait ne pas prendre de risque, et de laisser un champ libre à l’androïde, au cas où, sans forcément y croire encore. Cela avait peut-être plus pour but de le rassurer lui-même en y repensant. Enfin, c’était dit.



Merci !:
 
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum

 :: Montréal :: Ville industrielle :: Zone industrielle
Relax [Swann]

Sauter vers: