TEASING - Montréal, 2048.

Une foule anarchique et cosmopolite fourmille le long de la rue sainte Catherine. L’armada populaire est multicolore de peau tandis que les corps sont de chair, de métal, ou bien encore métis. Homme et androïde, chacun est différent mais tous sont identiques dans la masse, individus trop pressés, croisant l’autre sans même le regarder. C’est une tourbe de bras et de jambes. D’identités.
Certains sont riches. D’autres sont pauvres. Loin du manichéisme, ils manipulent, écrasent. Grondent, se révoltent. Se soumettent ou subissent. Ignorent et se contentent d’avancer. Ils vivent, se confrontent et se répondent car cette foule polymorphe, insaisissable, est l’essence même du mouvement.
C’est la danse des humanités.
De notre société.
Staff
Léandre Luissier - L'Archiviste
DC : Johann Keegan - Logan Duval
Fondateur & graphiste - Présent

Les figures de l'ombre
Nouveautés

▬ 06/18 :Lancement de Human Outside, pour les deux ans du forum ! C'est un grand remaniement qui n'attend plus que vous ♥
Prédéfinis

Love turns to ashes, With all that I wish I could say [uc]
 :: Personnages :: Identification :: Validés

Mails : 12
Double-compte : test
avatar
Dim 14 Oct - 17:51




Nom : Mao.
Prénom : Xi Mu.
Surnom : On réduit le plus souvent son prénom à Xi. Après, il y a les impolis - qui répondent à juste titre à ses propres jurons - qui l'appellent « la connasse » ; ses plus proches amis utilisent d'ailleurs ce petit nom pour la héler dans la rue. Ça les fait marrer. Le pire c'est qu'elle se reconnaît.
Âge : 22 ans.
Métier : Enchaîne les petits boulots mais les perd presque aussitôt.
Nationalité : Canadienne.

Neutral

Caractère & Physique

Xi Mu est une femme aigrie qui ne croit plus en rien, sinon en la loi du plus fort. Elle ne décoche jamais aucun regard aux miséreux, repousse les mains tendues qui réclament de l’aide et gueule même sur ceux qui osent la blâmer pour ça ; « allez-y, jugez-moi ! ils vous doivent quoi à vous, hein ? vous êtes tous comme moi » qu’elle s’insurge à pleine gorge face aux visages qui se décomposent. On la sait en colère dès qu’on la regarde. Il y a quelque chose dans ses yeux qui le dit, il y a quelque chose sur sa peau qui nous demande de rester sur nos gardes.
Le feu ne s’éteint jamais. Pas chez Xi Mu. Peut-être que les autres s’adoucissent une fois chez eux, dans leur cocon où ils se sentent en sécurité, mais pas elle. Elle, c’est précisément là qu’on a un réel aperçu de l’ampleur de sa haine. Elle crache, feule et vocifère de la même manière qu’un animal blessé.

C’est, poussée par la violence qui brûle dans son ventre, qu’elle en arrive à faire toutes ces conneries. Elle se bat, elle mord et prend aux autres ce bonheur auxquels ils tiennent tellement et dont elle n’a jamais vu l’ombre ; c’est ça, Xi Mu. Une môme profondément égoïste qui en veut à l’humanité de respirer alors qu’elle a du mal à remplir d’oxygène ses propres poumons. Quand on le comprend, on se dit qu’il suffit de se retourner vers elle, d’essayer de l’écouter se plaindre - chose qu’elle ne fait pas - et de compatir — on pense que, de cette façon, elle va tôt ou tard nous accorder sa confiance. On a tort. On a toujours tort quand il est question de Xi Mu, et elle, elle a raison.
C’est une de ces personnes qui est persuadée qu’elle a tout vu, tout fait et qu’elle sait mieux que les autres ; qu’ils devraient se taire en la voyant entrer dans une pièce, et qu’il n’y a pas meilleur humour que le sien : très noir et souvent drôle aux dépens des autres.

On la déteste, Xi Mu. Parce qu’elle n’a pas peur de heurter, de faire pleurer et de pousser les gens dans leurs derniers retranchements. Elle aime ça, elle exulte quand on la menace de la frapper. Elle rigole même, nous encourageant à essayer ; elle murmure qu’on osera pas, ou qu’au pire ça ne sera qu’un coup de plus que son corps prend sans trop broncher. Sans trop se plier ou se casser.
Elle paraît instable, Xi Mu. Comme son sourire, comme tout son être. On a l’impression qu’elle est sans arrêt sur le point de disparaître dans un nuage de fumée ; qu’elle va abandonner d’un moment à l’autre et sauter.

Elle peut chialer, Xi Mu. Ça lui arrive, même si c’est rare. C’est souvent quand ses nerfs ne tiennent plus à rien et qu’ils éclatent à la façon de centaines de bulles de savon. Alors on l’entend. Elle hurle et supplie qu’on la prenne et qu’on l’emmène.

• Elle a les cheveux roses et c'est évidemment une teinture. Ses cheveux sont blonds foncés au naturel.
• Ses yeux sont d'un vert très vif, de la couleur de la chartreuse.
• Elle est particulièrement grande et fine, voire un peu maigre. Elle atteint le mètre soixante-quinze sans grande peine.
• Elle met beaucoup de couleurs dans ses tenues.
• Elle s'amuse à porter un serre-tête avec deux petites cornes de Diable. Ça intrigue et repousse les gens, et ça l'a fait rire.

Informations en vrac

• Xi Mu est douée dans presque tout ce qu'elle entreprend avec passion ; elle a tenté les arts et s'est hissée au sommet de sa classe de violon, elle a dessiné, peint et sculpté. Elle a même intégré une école de danse classique et s'y plaisait plutôt bien, jusqu'au jour où elle a compris que son talent serait toujours bridé par quelqu'un. Sa volonté est changeante et facile à perdre, du coup elle se détourne et se casse.

• Elle parle couramment le Français, l'Anglais et le Coréen.

• Elle aime beaucoup les fleurs et connaît leur langage.

• Elle se bat énormément, le plus souvent avec ses propres « amis » car ce sont les seuls qui arrivent vraiment à la pousser assez à bout pour qu'elle en arrive là.

• Elle est très instable de tous les points de vue. Elle n'arrive pas à garder un boulot, se cherche en permanence et le fait payer aux autres ; ses relations amoureuses se résument à des plans cul qui mènent nulle part, ou à des désastres durant lesquels elle prend les coups comme elle les donne.

• Elle a un grand potentiel pour développer une dépendance à un congénère, tout comme elle en a pour le tabac, certaines drogues douces et dures, et pour le sexe.

• Il lui arrive de se prostituer pour arrondir les fins de mois, ou plus simplement pour détruire un peu plus l'image déjà sale qu'elle a d'elle-même.

• Elle a des tatouages sur les deux bras. Le gauche en est recouvert de l'épaule jusqu'aux phalanges. Du côté droit, elle n'en a qu'un sur l'intérieur de l'avant-bras et quelques bagues encrées sur les doigts. Ils sont tous en noir et gris, sauf la rose sur son coude gauche qui est d'un rouge sombre.

Avis sur les "faits" de société

Quel est votre regard vis à vis de la société et des humains?
Elle n’aime ni la première, ni les seconds. La société a été dessinée à l’image des humains : elle paraît riche en diversité et on la croit tolérante, sauf que c’est seulement un tissu de mensonges ; tout le monde juge tout le monde, tout le monde écrase tout le monde. Il n’y a que les apparences et les masques que l’on appose sur les visages pour mieux cacher les vices qui coulent le long des rues.
Sa race ressemble à s’y méprendre au bitume de la grande avenue : beau et rutilant jusqu’au jour où les fissures apparaissent et laissent sortir les défauts de fabrication. Elle l’abhorre, la rejette fermement et s’isole par peur de devenir comme eux.

Que pensez-vous de la question des Androïdes ? Considérez-vous plutôt pour, contre ou neutre ? Croyez vous à la légende urbaine des androides doués de conscience? Si oui, pourquoi?  
Elle voue à ces machines sans sentiments un mélange ambiguë d’admiration douceâtre et de mépris ; d’un côté ils sont ce qu’elle voudrait être : une coquille vide qui récite des mots pré-programmés, et de l’autre ils obéissent sagement aux demandes de leurs propriétaires. Elle, l’insoumise, c’est quelque chose qu’elle ne peut pas reconnaître. Elle voudrait les prendre, les tordre pour les arracher à ce moule de pseudo-perfection docile dans lequel ils sont coincés, et leur insuffler quelque chose qui ressemble à de l’humanité ; en somme, elle les considère comme des objets inachevés ; des choses qu’on s’est dépêché de créer sans avoir jamais eu à cœur de les terminer.

Histoire

• Xi Mu a été une toute petite fille très heureuse et vraiment loquace, il y a de cela un paquet d’années. Elle a vu le jour à Montréal où sa mère tenait -à l’époque- une petite clinique vétérinaire de quartier. Son père, quant à lui, était journaliste de guerre. Il était rarement à la maison mais voyait sa femme et sa fille comme ses deux déesses bridées. Sa mère a en effet ses racines en Corée du Sud, et c’est aussi là-bas que ses parents se sont rencontrés lors d’un voyage. Ils ont donc donné à Xi Mu un prénom coréen en hommage au pays par lequel tout a commencé.

• Xi Mu perd son père alors qu’elle n’a que cinq ans lors d’un attentat. Il était alors envoyé spécial au Moyen-Orient, sur des terres de conflit. Sa mère a tenté de garder le cap et de donner une enfance « normale » à la petite. Malgré la souffrance, elles ont réussi à se relever mutuellement et à survivre grâce à ce lien si fort qu’elles avaient tissé.

• Toujours marquée par la disparition de son père dont elle se rappelle peu, Xi Mu rejette fermement le nouveau compagnon de sa mère lorsque celle-là le lui présente à ses onze ans, jugeant qu’elle est maintenant assez âgée pour comprendre. Les rapports se stabilisent cependant ; elle parvient à le « fuir » en découchant quand il dîne ou dort à la maison.

• Les problèmes commencent six mois plus tard, quand le couple emménage ensemble. Xi Mu, obligée de suivre sa mère, se retrouve piégée dans une bâtisse immense -forcément, avec un beau-père sénateur- et de nouvelles règles. Il essaye de la discipliner et de la redessiner plus à son goût. Il s’oppose à une enfant déjà caractérielle qui se transforme en véritable démon de minuit. Elle le repousse, exécute absolument tous les gestes qu’il dédaigne et cherche sans arrêt les limites.
Elle commence à se teindre les cheveux dans la foulée et à fumer peu après. Sa mère assiste à ce spectacle, impuissante mais indulgente ; elle la défend un peu tout en tempérant son compagnon de plus en plus excessif.

• Elle découvre à quatorze ans ce qu’il y a sous le tableau du couple parfait : beaucoup d’engueulades noyées dans l’alcool, et une violence que personne ne soupçonne. Elle essaye d’arracher sa mère à sa nouvelle vie de soumission et de dépendance financière (elle a vendu la clinique sur les conseils de son compagnon qui lui a proposé de vivre désormais sa vie tranquillement et de profiter) — sans succès, sa mère se plaît dans sa relation et ne veut pas partir.
Commence alors une guerre ouverte entre le beau-père et la belle-fille. À tel point qu’elle suit le couple à la façon d’une ombre et s’interpose à chaque fois qu’il montre le moindre signe d’agressivité. Au bout de quelques mois, il la fout dehors en faisant abstraction des cris de sa femme.

• Xi Mu, à quinze ans tout juste, débute une vie pénible. Elle s’invite chez ses rares amis, vole et se laisse aborder par des hommes plus âgés contre un peu d’argent. Sa mère l’apprend, impose à son compagnon de reprendre la môme sous le toit conjugal, ce à quoi il cède finalement. Après huit mois d’errance, Xi Mu retrouve un foyer qu’elle déteste mais qui la réchauffe. Elle ne stoppe néanmoins pas ses activités et espère mettre assez d’argent de côté pour prendre sa mère sous le bras et se barrer.

• Les choses dérapent au bout d’une semaine, une semaine après laquelle Xi Mu accumule tellement de haine qu’elle lève la main sur son beau-père quand celui-ci se met à hurler sur sa mère, ivre qu’il était. Il lui roue de coups, sa mère pleure et supplie, mais l’histoire se termine pour la première fois aux urgences. On prétend qu’elle s’est fait passer à tabac dans la rue, que c’est la faute d’un petit connard qu’on a mal aperçu dans la nuit et dont on ne peut pas faire un portrait robot, et on étouffe l’affaire.

• C’est le début des violences qui ne s’arrêteront plus, des voyages incessants aux urgences et des excuses bidons qui arrachent parfois des regards sceptiques ; personne ne s’interpose, déjà parce qu’il est riche, mais aussi parce que Xi Mu refuse que les gens la voient comme une victime ; elle ricane, s’amuse qu’on la prenne en pitié, détruit le moral et la dignité des urgentistes qui viennent la chercher et des médecins qui s’occupent d’elle. On finit par avoir l’habitude et par ne plus poser de questions.
C’est une grande fille, après tout.

• Elle laisse tomber l’école à seize ans, élève médiocre malgré un esprit éveillé et une grande intelligence. Ses professeurs soupirent de soulagement en la décrétant absente, préférant mille fois ça à sa présence souvent bruyante, dérangeante et irrespectueuse. Elle traîne dans la rue, se fait des amis éphémères ça et là, le plus souvent des potes avec des intérêts communs ; elle donne son corps contre tout ce que l’on peut vouloir à son âge : de la drogue, de l’adrénaline, des ennuis…
Bref, elle sombre réellement dans ce qui restera son quotidien jusqu’à ce jour.

• Elle enchaîne les fugues, s’installe avec quelques petits amis qui finissent par l’insupporter et qu’elle étouffe avec sa jalousie obsessionnelle. Elle rentre parfois à la maison, parfois pas, renie sa mère par période, l’adore le reste du temps et réclame de l’argent quand elle est à sec.
On lui a dernièrement imposé de « travailler » pour devenir quelqu’un. Elle a essayé, bien sûr. Elle répond aux annonces envoyées par sa mère, se présente aux entretiens -rarement sobre, néanmoins- et se fait virer dans la foulée.

Xi Mu, maintenant, c’est une espèce de déchet.

Derrière l'écran

Pseudo : stinging.witch ou SW.
Âge : 21 ans.
Où as-tu connu Exantrop ? Grâce à bébé Demetri.
Avatar : Zero-Two de Darling in the Franxx.
Un petit mot ? J'offre des cookies ! :3
J'autorise une intervention sauvage du plaisantin ? meoui !

Mails : 24
Double-compte : R.A.S
Surnom : Dem
Emploi/loisirs : Ambulancier, secouriste, bénévole ...
avatar
Dim 14 Oct - 19:16
BIENVENUE TOIIIIII ♥️

Omg comme je l'aime la p'tite Xi !! j'ai hâte de pouvoir rp avec toi alors finis moi vite tout ça **
Mails : 12
Double-compte : test
avatar
Lun 15 Oct - 14:10
MERCI BB ! :coeur:
Je suis contente que tu l'aimes la petite puce. Tu sais que je l'adore. **
Mails : 573
avatar
Mar 16 Oct - 11:13
Validation

J'ai traîné un peu (méchant admin, méchant!) mais je te valide ! C'est une fiche chouette et bien menée sans en dire trop ou pas assez et ta plume est jolie! C'est donc tout à fait parfait! ♥️

J'ai un peu hésité sur le fait que Xi n'ait pas eu recours à des centres d'aides pour mineurs quand elle a été dégagée de chez elle mais je connais des personnes avec trop de fierté qui ont fait comme elle ou presque donc c'est cohérent !

Je te souhaite un très bon jeu ici ♥️

Voilà ! Maintenant tu es validé(e) ! Ton avatar et ton métier ont été ajouté automatiquement aux listes de référencement.

▬ Dans les plus bref délais ton dossier personnel sera créé ICI et tu pourras en faire ce que tu veux (explications).
▬ Si tu n'es pas SDF tu peux aller faire ta demande de logement.
▬ Et comme un androïde a normalement un propriétaire tu peux aller faire un tour sur ce sujet pour te trouver un propriétaire ou un androïde si tu es humain.
▬ Tu peux bien évidemment faire des demandes de RP, vérifie juste les demandes précédentes au cas où il y aurait compatibilité des demandes !
▬ Pour encourager les membres à s'impliquer dans le développement du forum, la partie secréte où sont gérés les events et les intrigues à venir t'est ouverte -selon ta volonté-. Tu peux ainsi donner ton avis, enrichir les idées ou juste regarder. Il suffit d'en faire la demande par MP à Léandre.
▬ Vous pouvez aussi participer aux différents petits jeux et événement hors IRL dans la partie Animation et gagner des dollars pour avoir des lots!
Mails : 72
Surnom : Tom, Tommy
Emploi/loisirs : SDF - Sans emploi
Portrait robot : • Parfois camé.
• Souvent paumé.
• Musique en tête, l'Esprit en miette.

Fredonne en #e00030
avatar
Mer 17 Oct - 23:47
Boum.
Je fais un câlin à Xi et Thomas veut lui en faire un inrp quand tu veux (avec le risque violent de se faire rembarrer mais tant pis).

Bienvenue ici, avec ton personnage haut en couleur mais hyper touchant, j'vais zieuter son évolution pour voir si un jour tu lui trouves un semblant de calme. En attendant, jolie fiche que j'ai pris plaisir à lire et à découvrir, si tu veux qu'on se croise un jour tu me dis qu'on s'organise un p'tit rp !
Amuse-toi bien parmi-nous ♥️




A Fleur de Cœur
« Il faut qu’on se noie encore une fois Dans les nuits fauves Et les grands soirs Qu’on récupère un peu d’espoir. » Fauve - 4000 Iles ©.bizzle
Voir le profil de l'utilisateur
Mails : 12
Double-compte : test
avatar
Jeu 25 Oct - 14:26
@Thomas Loiseau - Merci beaucoup pour ton gentil message. Je l'ai vu il y a un moment déjà mais j'étais en déplacement ; impossible de me poser pour répondre. TT Je plussoie complètement ton choix d'avatar, le gugus est hyper kiki. Je suis 100% open pour un câlin IRP, même s'il y a effectivement moyen pour que Thomas se prenne un gros vent (ou se fasse frapper, idk) la première fois.

Merci beaucoup pour tous ces jolis compliments, en tout cas. Je suis contente que mon personnage touche les gens. J'ai toujours si peur qu'ils ressemblent à des poupées inertes... :')

À bientôt IRP ! 8D
Contenu sponsorisé
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum

 :: Personnages :: Identification :: Validés
Love turns to ashes, With all that I wish I could say [uc]

Sauter vers: