On peut très bien éprouver le sentiment de l'absolu en mangeant des gaufres. [Terminée]
 :: Personnages :: Identification :: Validés

Mails : 23
Double-compte : None
Surnom : Miles
Emploi/loisirs : Gaufrier
$ : 700
Milan Horvat
Mer 6 Mar - 11:47


NOM : Horvat
PRENOM : Milan
SURNOM : Miles
AGE : 24 ans
METIER/OCCUPATION : Pâtissier – Actuellement vendeur de gaufres
NATIONALITE : Croate

Groupe

Caractère & Physique

Version rapide:
 

De prime abord, Milan ne paye pas de mine. C'est un gars de taille moyenne, au look un peu improbable à peine dissimulé derrière son tablier de cuisine, qui a le sourire facile. On s'arrête sur lui une minute et on n'y revient plus.

Lorsqu'on prend néanmoins la peine de s'approcher, on remarque ses yeux chocolat pétillants, qui vous observent dans votre intégralité et qui s'arrêtent finalement sur votre visage. On remarque alors ses traits fins, son visage avenant, son sourire coquin. "Qu'est-ce que je vous offre ?" demande-t-il d'une voix chantonnante, déjà prêt à exécuter votre commande, tout son corps vibrant d'une énergie contenue. Un grand nerveux qui a besoin de mouvement, en conclue-t-on. Si vous lui donnez votre commande, il la réalise avec soin, ajoutant toujours un petit cadeau de la maison, en fonction de ce sur quoi votre regard s'est arrêté. Une envie de chantilly refrénée ? Vous y avez droit. Ces cerises rouges vous tenteraient bien ? En voici deux en prime. Ce n’est rien, ça lui fait plaisir, surtout revenez bientôt !

Milan observe et adapte continuellement sa façon d'être, désireux qu'il est de plaire et de bien faire son travail. C'est un timide qui se soigne, qui met à profit tout le charme de sa jeunesse, tout son dynamisme. Un pudique qui, pour mieux dissimuler son être, arbore continuellement un masque reflétant vos attentes. Ne comptez pas découvrir si facilement le doux rêveur qui se cache derrière son armure de punk assagi.

Des montagnes d'énergie sommeillent en lui, il ne saurait s’arrêter avant qu’elles ne soient épuisées. Cependant, ce dynamisme se traduit aussi par des nerfs à fleur de peau qui le rendent un rien colérique lorsque les choses ne suivent pas le cours exact qu’il avait prévu. Le stress est capable de lui enlever ce qu’il a de meilleur : son sens de l’adaptation. Malin et débrouillard, tant qu’il pense avoir un minimum de contrôle sur ce qui lui arrive, il est capable de se tirer de n’importe quelle situation en limitant au maximum les dégâts. Il se fie d’abord à son instinct, la réflexion vient après.

Cet ordre cognitif peut lui attirer des ennuis : quand on ne maîtrise pas les mots qui sortent de sa bouche… Sarcastique, ce qu’il murmure dans le dos de ceux qui lui déplaisent peut empirer la situation. Heureusement, il a plus d’un tour dans son sac et ce n’est pas un modèle de vertu : mentir et tricher sont deux activités dans lesquelles il excelle. Bien qu’il tente généralement d’être honnête, il pourra pêcher par omission ou en modifiant légèrement sa version des choses. Il est difficile de vous inciter à vous fier totalement à lui. Cependant, si vous en appelez à sa fierté, vous pourrez l’amener à vous dire la vérité.

Ne mettez pas non plus en doute ses capacités ! Agressif, il prend mal la critique. Rebelle, il renâcle à l’idée de recevoir des avis sur sa façon de faire ou pire encore, des ordres. Milan se veut et se conçoit comme un électron libre, qui agit comme bon lui semble. Heureusement, son désir d’être apprécié prévaut sur ses réactions violentes. Il aura plutôt tendance à se remettre en question qu’à vous casser le nez pour avoir osé lui indiquer un de ses défauts.

Ce jeune homme se cherche encore, se construit lentement. Il porte fièrement son armure et son masque, certain qu’il est préférable d’être aimé pour ce qu’on n’est pas que détesté pour ce qu’on est.


Informations en vrac





  • pas frileux pour deux sous, il s'est très bien adapté au climat du Canada, il n'est pas rare de le voir en t-shirt et tongs lorsque vous, vous avez choisi deux pulls et vos moonboots.
  • a un sens du style bien personnel, collectionne les chemises à motifs, et il s'agit rarement de ceux validés par la mode.
  • s'est récemment fait percé les oreilles, en est très fier.
  • très observateur, il a une vision d'aigle.
  • perd tous ses moyens lorsqu'on flirte avec lui.
  • a commencé à bidouiller dès ses treize ans, s’éclate actuellement sur le robot-plongeur qui l’accompagne en cuisine.
  • a beaucoup de mal à accepter l’autorité, se méfie des personnes adultes.
  • est plus timide qu’il n’en a l’air, n'ouvre pas la bouche lorsqu'il est entouré de personnes inconnues.
  • il se fige dès qu’on élève  la voix autour de lui.



Avis sur les "faits" de société

Quel est votre regard vis à vis de la société et des humains?
Milan est partagé. Malgré sa courte existence, il a pu voir le pire et le meilleur chez ses congénères. Il a conscience que l’être humain, contrairement à un androïde, ne pourra jamais être ou tout blanc, ou tout noir. Il est inutile de tenter de les ranger dans des cases. Et de quel droit se permettrait-il de le faire ? Il préfère accorder le bénéfice du doute, aborder le monde avec optimisme. Chacun est capable du pire, comme du meilleur.

Aujourd’hui, le jeune homme se remet lentement de son existence mouvementée. Il pense avoir trouvé sa place, même si elle n’est pas très importante. Il tient surtout à rester du bon côté de la barrière, à garantir sa sécurité. Il reprend des forces, espère devenir un homme prometteur, il apprend à aimer et accorder sa confiance à ses semblables, petit à petit, à pas d’oiseau.

Que pensez-vous de la question des Androïdes ? Considérez-vous plutôt pour, contre ou neutre ? Croyez vous à la légende urbaine des androides doués de conscience? Si oui, pourquoi?  
Il les trouve fascinants. Non pas parce qu’ils ouvrent des pistes de réflexion infinies pour les philosophes, mais simplement pour leur technique. Ce sont des machines parfaites, reproduisant avec une exactitude incroyable l’aspect humain, tous les mécanismes qui font qu’un corps fonctionne ! Quand on pense au nombre de muscles, de tendons, de ligaments qu’il y a dans une main pour qu’elle puisse fonctionner, que des ingénieurs aient réussi à reproduire cette prouesse technique de la nature, n’est-ce pas incroyable ? Et par rapport à l’humanité, quelle chance d’avoir atteint ce niveau ! Les “réparations” des corps blessés s’en trouvent simplifiées, lui qui est né sourd remercie chaque jour ces chercheurs. Il aurait plutôt tendance à considérer les machines comme des sujets-tests pour améliorer ensuite directement la race humaine.

Milan voit donc les androïdes comme des ordinateurs plus poussés, dont on apprécie le design et la rapidité du programme-core. Étant lui-même friand de bidouilles, il voit d’abord la technique, après l’apparence humanoïde. Le fait que certaines de ces machines puissent développer un semblant de conscience l’intrigue, mais il ne croit pas qu’elle équivaudra jamais à celle des humains. Il s’agit simplement de lignes de code supplémentaire, un logiciel d’apprentissage par l’expérience qui sera allé un peu plus loin que prévu.

Néanmoins, malgré cette conviction intime, il suit avec attention les rapports sur ce sujet et tente des expériences sur le robot qui l’accompagne en cuisine. Il attend de voir pour y croire. Est-ce qu'il voit en cette évolution une menace pour l'humanité ? Pas vraiment. Encore une fois, ça reste quelques lignes de code et des branchements électriques. Comment craindre un ennemi qui possède un interrupteur marche/arrêt ?

Histoire


Version rapide:
 

“Personne n’a besoin de savoir.” chuchote à l’oreille de Tanya le barman en resserrant sa prise autour de sa taille. La femme ferme les yeux. La chaleur de la main qui la tient pourrait presque la brûler tant le contact la gêne. Elle a besoin de ces verres, il n’y a que lui qui accepte de lui faire crédit lorsque les milieux de mois sont durs, il n’y a que chez lui qu’elle se sent un peu réconfortée. Il a raison : qui a besoin de savoir comment une alcoolique notoire paye ses verres ? Qui s’y intéresse ? Alors elle acquiesce, elle le suit dans la réserve. Elle baisse les yeux en croisant son reflet dans la grande glace de derrière le comptoir. Qui a besoin de savoir ?

“C’est le cadet de mes soucis en ce moment.” tranche le docteur Anspach en tendant le résultat des tests à une grande brune au nez fin, squelettique, qui tient contre elle un bambin de quatre ans. Il sait qu’il ne pourra rien faire pour elle. Mademoiselle Tanya Horvat est un cas connu des services sociaux, il sait qu’il la reverra régulièrement et que sa situation sera toujours pire. Son fils, dont il a oublié le prénom, ne se prépare pas une vie facile. Il ne peut pas plus pour lui qu’il ne peut pour sa mère. Le gamin est sourd. Il faudrait des soins particuliers, lui apprendre le langage des signes, l’emmener voir des spécialistes, mais cet hématome qu’il voit dépasser de la manche de son t-shirt lui indique que sa mère ne prendra pas en charge ses problèmes. Il devrait prévenir les organismes compétents. Il ne le fera pas. Au moins ce gamin a une mère.

“Je crois que c’est de ma faute.” murmure un gosse de douze ans, la diction hachée, en regardant ses pieds. Assis sur cette chaise prévue pour un adulte, il fait minuscule. L’assistante sociale, madame Tötzi, aimerait pouvoir pousser un long soupir. Des gosses endeuillés, elle en voit tous les jours, mais ça n’en fait pas un spectacle plus supportable à la longue. Milan Horvat, père inconnu, mère décédée suite à un arrêt cardiaque. Il vient d’arriver dans le foyer. Pas très épais, pas très grand, pas très bavard et le regard fuyant. C’est un gosse qui va se faire bouffer par tous les autres requins de la maison. Sourd en plus, même s’il ne l’est pas complètement. Sa mère a quand même fait l’effort de l’emmener chez un spécialiste et il est appareillé. Il connaît le langage des signes, même s’il ne le maîtrise pas totalement. Pauvre gosse. Elle aimerait l’aider, vraiment, mais ce n’est pas sa place, et lui n’est qu’un numéro de plus.

“Arrête de chialer, t’es vraiment trop sensible.” lui assène-t-elle en empoignant son bras pour le guider vers sa chambre. Milan tente de son mieux de retenir ses larmes, pour l’honneur, parce qu’il est un homme et malgré ça, c’est peine perdu. Mia renifle dédaigneusement. Il a seize ans, il devrait être plus résistant que ça, c’est pas une petite garde-à-vue qui devrait le réduire dans cet état de loque. Et oui, il s’est fait cogner, mais bon, ça fait parti du métier. On ne peut pas faire une omelette sans casser quelques œufs. La trentenaire pousse l’adolescent sur son lit, il s’y laisse tomber sans résistance. Elle l’a bien dressé. Tant pis pour la came cette fois-ci, elle en a encore en réserve. Au moins il a ramené sa petite gueule d’amour, elle a envie de lui. Ce soir, elle sera clémente.

“T’es qu’une merde.” lui crache-t-elle à la figure alors qu’elle se sent partir. Ce petit bâtard aura vraiment tout foutu en l’air. Il la regarde avec ses grands yeux injectés de sang, sa main encore crispée autour du couteau qu’elle tenait encore il y a une minute. Elle déteste ses réflexes. Ce petit cambrioleur de merde, ce petit camé de merde, ce petit gigolo de merde qu’elle a créé, qui ose se retourner contre elle ! Mia hurle de rage alors que sa plaie dans le ventre la brûle toujours plus. Non, ça n’aurait pas dû se passer comme ça, elle n’aurait pas dû finir sur le carrelage froid et sale de sa propre cuisine, assassinée par sa chose ! Elle le dévisage une dernière fois, ses traits deviennent flous. Elle le hait. Pourvu qu’il crève dans la rue.

“Tu crois que ça m’intéresse ?” se moque Brian en agitant le paquet de coke devant son nez. Il s’attendait à mieux venant de l’ancien protégé de Mia. Ce petit connard garde obstinément les yeux baissés, il refuse de parler. A croire qu’être sourd, ça vous rend aussi con. Depuis qu’il est arrivé à Sofia, ce Milan n’a pas été à la hauteur. Pour un gamin de dix-huit ans qui traîne dans le milieu depuis ses douze, il s’attendait à mieux, surtout avec un maître tel que Mia pour le guider. Bah, il le laissera croupir en prison. Pas la peine de se salir les mains pour ce petit con de croate.

“Je crois que tu saignes” lui indique un petit blond musclé avec un fort accent irlandais installé sur le banc d’en face. Milan hausse les épaules et s’essuie le nez. Qu’est-ce que ça peut lui foutre, à ce décoloré manchot ? Il se rencogne dans son coin et reprend sa rêverie. Il hésite à retirer son appareillage pour arrêter d’entendre les autres, mais il a peur de se le faire abîmer. Le blondinet revient à la charge. “C’est un paysage sympa ici, non ? J’avais encore jamais testé une cellule chez les Bulgares.” Milan soupire. Il en a connu, des bavards, et normalement ça l’amuse, mais ce soir, il n’en peut plus. “C’est une cellule.” daigne-t-il néanmoins répondre dans son anglais approximatif. “Ouais, j’ai bien remarqué, mais y’a un charme particulier à tout ce qui est étranger. J’m’appelle Mickey, d’ailleurs.” “T’es pédé ?” demande Milan, sans émotion particulière. Il en a vu d’autres, ce ne serait pas la première fois qu’on lui fait des avances douteuses. Mickey sourit et secoue la tête. “Te surestimes pas le môme, c’est pas toi qui me fera virer de bord. Ça là, ça s’appelle être sympa.” “Je ne pense pas que ça te servira ici.” “Tout de suite… Souries un peu à la vie… Heu… ?” “Milan.” “Miles !”

“Eh beh, je crois que je vais chialer.” déclare Milan, qui baisse ensuite la tête pour cacher ses yeux brillants, serrant un peu plus fort contre lui Mickey, qui comme d’habitude fait son show. Cet Irlandais l’aura souvent emmerdé, mais s’il est toujours là aujourd’hui, un diplôme de pâtissier en main, c’est bien grâce à ce petit aimant à problèmes. Qui aurait pû penser que ce manchot était un chocolatier avant cet accident ? Et qui aurait crû qu’un petit camé comme lui soit sauvé par la gourmandise ? En attendant, malgré le ridicule de cette situation, malgré toute la niaiserie environnante, “Miles” sourit et sent son cœur déborder de joie, de reconnaissance et de fierté, pour la première fois.

“Tu sais que tu auras toujours un lit et de la bonne bouffe chez moi.” lui jure Mickey, l’air plus sérieux que jamais. Milan rougit et baisse les yeux. Ce petit Irlandais, c’est ce qu’il a de plus proche d’une famille. Qu’il puisse compter pour quelqu’un, c’est un petit miracle qui l’émerveille chaque jour. Le jeune homme de vingt ans serre les lanières de son sac, s’oblige à sourire et à répondre sans que sa voix ne vacille. “Je sais.” “Je sais que tu sais, mais je ne veux pas que t’oublies, c’est clair p’tite tête ?” “C’est clair, chef.” “‘Pis si tu gèles au Canada, tu m’appelles, tu reviens chez moi, tu trouveras un taff’ ici.” “Je sais.” “Et tu t’approches pas des seringues, hein ? Tu remplaces ça par le sucre et le sport. Pour devenir beau gosse, même si c’est mal parti.” Milan soupire et s’approche de son protecteur pour l’enlacer. Mickey lui arrive à peine au menton. “T’es pas tout seul Miles, n’oublies jamais ça.”

“Bon boulot.” des papillons explosent dans son ventre aux mots de son patron. Il a fait du bon boulot, il est renouvelé, il a signé son contrat. Cette petite boutique de quartier est maintenant sous sa responsabilité, il gère la caisse, les commandes, la préparation des gaufres, et même l’androïde qui s’occupe de la plonge ! Il se sent vivant. La reconnaissance et la fierté gonflent à nouveau son coeur et c’est un simple mot qui lui vient aux lèvres, qui sort du plus profond de son être, qui ne s’adresse pas seulement à son patron, mais au monde entier.

“Merci.”


Derrière l'écran

PSEUDO : Yushe
GE : 22 ans
OÙ AS-TU CONNU EXANTROP ? Via le réseau de partenaires de Just Married
AVATAR : 2p!America de Axis Power Hetalia
UN PETIT MOT ? J'aime le concept, j'aime le design, j'aime le fait que les règles soient simples... En somme j'aime tout, j'ai hâte de vous rejoindre !
J'AUTORISE UNE INTERVENTION SAUVAGE DU PLAISANTIN ? Oui

Invité
Anonymous
Mer 6 Mar - 14:12
Bienvenue ♥️

Ton perso a l'air intéressant *^*
Mails : 23
Double-compte : None
Surnom : Miles
Emploi/loisirs : Gaufrier
$ : 700
Milan Horvat
Mer 6 Mar - 20:26
Merci beaucoup !
J'espère qu'il sera tout aussi intéressant à jouer :p


La curiosité est une gourmandise ; voir, c'est dévorer.
- Victor Hugo
Voir le profil de l'utilisateur
Mails : 19
Double-compte : Demetri McLagan
Surnom : Chay, l'aut' con
Emploi/loisirs : Cascadeur spécialisé dans les véhicules
Portrait robot : Chayton est un passionné des véhicules, bien que tout particulièrement des motos. Durant son adolescence, il a longtemps participé à des courses (pas toujours légales) de dragsters afin de déchaîner les paris, mais ses parents l'ont bien vite fait cesser ce genre d'activités « dégradantes ». Désormais cascadeur, il se plait à régulièrement partir sur les routes avec sa moto, pour le simple plaisir de rouler et d'accélérer à sa guise.

Très typé amérindien : peau basanée, yeux sombres en amande, longue crinière noire et épaisse. Une petite cicatrice zèbre sa lèvre, résultat d'un accident en moto.

Fumeur, gros buveur, monsieur est arrogant et particulièrement impatient. Il dissimule toutefois ce côté de sa personnalité derrière une façade hypocrite et séductrice à souhait. Il a de la peine à se laisser faire et à donner sa confiance, se sentant plus en sécurité lorsque les choses sont sous son contrôle.
$ : 400
Chayton Wolfe
Mer 6 Mar - 22:31
Bienvenue love

J'aime trop la bouille de Milan… ET SON METIER.
Omg je dirais tellement pas non à une gaufre ;w; Ton gif donne trop envie blblblblbl

Bon courage pour ta validation! J'espère te croiser en rp youpiii
Mails : 635
$ : 1374
L'Archiviste
Ven 8 Mar - 17:52
Validation

Hello! Tout d'abord bienvenue ! J'ai un peu tardé car mon Irl a été chargé mais j'espère que tu te sentiras ici chez toi ! (le discord t'est ouvert d'ailleurs si tu le souhaites !)

Sinon, j'ai pris un réel plaisir à lire ta fiche qui, sous des abords de simplicité, nous dépeint avec efficacité et beaucoup de justesse un personnage fort attachant et sympathique . J'ai vraiment accrochée et c'est donc avec joie que je te valide ! (je te mets bien chez les neutral?)
Cours nos vendre des gauffres (et je pense que Milan n'aura aucun mal ahah)
Voilà ! Maintenant tu es validé(e) ! Ton avatar et ton métier ont été ajouté automatiquement aux listes de référencement.

▬ Dans les plus bref délais ton dossier personnel sera créé ICI et tu pourras en faire ce que tu veux (explications).
▬ Si tu n'es pas SDF tu peux aller faire ta demande de logement.
▬ Et comme un androïde a normalement un propriétaire tu peux aller faire un tour sur ce sujet pour te trouver un propriétaire ou un androïde si tu es humain.
▬ Tu peux bien évidemment faire des demandes de RP, vérifie juste les demandes précédentes au cas où il y aurait compatibilité des demandes !
▬ Pour encourager les membres à s'impliquer dans le développement du forum, la partie secréte où sont gérés les events et les intrigues à venir t'est ouverte -selon ta volonté-. Tu peux ainsi donner ton avis, enrichir les idées ou juste regarder. Il suffit d'en faire la demande par MP à Léandre.
▬ Vous pouvez aussi participer aux différents petits jeux et événement hors IRL dans la partie Animation et gagner des dollars pour avoir des lots!
Mails : 23
Double-compte : None
Surnom : Miles
Emploi/loisirs : Gaufrier
$ : 700
Milan Horvat
Sam 9 Mar - 11:08
Bonjour bonjour !

Merci pour l'accueil, les compliments sur la fiche et sur la validation ! Je suis ravie ! J'ai hâte que vous passiez au stand de Milan pour ces petites gaufres !


La curiosité est une gourmandise ; voir, c'est dévorer.
- Victor Hugo
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum

 :: Personnages :: Identification :: Validés
On peut très bien éprouver le sentiment de l'absolu en mangeant des gaufres. [Terminée]

Sauter vers: